Tour Magdala, Rennes le château dans l'Aude
Aude,  France,  Occitanie

Rennes le château

Rennes le Château est un village situé dans le massif des Corbières dans le département de l’Aude. Lieu de mystères avec son étrange abbé Saunière… Le bourg qui avoisine les 80 habitants est perché sur un piton rocheux qui domine la vallée du Razès, de l’Aude et de la Sals. La commune possède également une multitude de lieux dits et de hameaux dispersés dans les collines alentours.

Pour le situé, il se trouve à proximité du Pech de Bugarach, des stations thermale de Rennes les Bains et d’Alet les Bains et à 1 heure de route au sud de Carcassonne.

Le lieu fut occupé par les Celtes, les Gaulois et les Romains qui exploitèrent les nombreuses richesses minières de la région ( cuivre & fer) et créèrent des bains thermaux. Puis vint les Wisigoths ( à partir du IV siècle) et   … Charlemagne.

L’on sait que le village était dénommé Redae ( terme d’origine Celte qui signifie « chariot » ) vers l’an mille et qu’il était pour certains ( Source : L’ historien Louis Fédié dont la thèse est très controversé ! ) une forteresse Wisigothique au V siècle. 

La cité de Rhedae ou Rennes le Château dans le Razès, est connue dès le VIII siècle, à l’époque de Charlemagne. Elle est semble t-il à l’époque aussi importante que Narbonne ou Carcassonne.

D’après les chroniques Mozarabes de 754,  ( chroniques Espagnols) un monarque Wisigoth nommé Ardo ( le dernier Roi Wisigoth !) aurait régné en Septimanie de 719 à 726.

A cette époque Narbonne étant occupé par les Musulmans, son évêque se serait réfugié à Rhedae ou se trouvait le dernier monarque Wisigoth ! Ce qui ferait de Rennes le Château la dernière forteresse royale Wisigothique de la région. (VIII siècle)

Le premier comte de la région du Razès connu n’est autre que Guillaume de Gellone, compagnon de Charlemagne et qui fonda l’abbaye de Gellone en 804 à Saint Guilhem le désert.

Plus tard, au XII siècle Rhedae appartient au comté de Carcassonne.

La région devient un foyer important du catharisme  à cette époque qui se répand dans le Razès et à Rennes même.

En 1207, la croisade Albigeoise commence et la région s’embrasse. Apparemment le village n’est pas touché par l’armée de Simon de Montfort qui sévit dans le Razès.

Suite à cette guerre contre l’hérésie cathare, la région est désormais sous la coupe de Pierre de Voisins. La famille De voisins contribuera à la prospérité de la cité de Rhedae jusqu’en 1362.

Car malheureusement, cette année là, Henri de Trastamare, Roi de Castille avec sa troupe de routiers Aragonais saccage et pille Rennes dont il ne reste plus rien ! Sauf les vestiges d’un premier château édifié au XIII siècle .

En 1422, c’est la famille Hautpoul ( noblesse du Languedoc) qui récupère l’antique cité de Rhedae . Elle restaure, remanie et occupe le château.  

En 1578, les Calvinistes ( les protestants) avec les guerres de religion saccage Rhedae et plus précisément la voûte de l’église datant de l’époque Wisigothique.

Au XVII siècle, dans les années 1640 c’est le Baron Blaise I d’Hautpoul qui est le Seigneur du Château de Rennes ( demeure restaurée au cours des siècles) .

Son descendant, François d’Hautpoul prit le titre de Marquis de Blanchefort.

Par la suite, à la Révolution Française ( vers 1790), le marquis De Fleury époux d’Élisabeth d’Hautpoul-Blanchefort se réfugia en Espagne avec l’abbé de Rennes le Château : L’ abbé Antoine Bigou.

Or, cet abbé était le confident de Marie de Nègres D’albes, Marquise de Blanchefort . Cette marquise à la veille de sa mort le 17 janvier 1781 aurait confié à notre abbé Antoine Bigou un secret de famille et des documents.

L’abbé Bigou aurait décidé  alors de cacher ses documents dans l’église de Rennes le Château .

Il  édifia également une dalle mortuaire ( qui proviendrait du hameau des pontils) sur la tombe de la marquise en 1791 ou il fit graver entre autre cette inscription : « Et in Arcadia Ego » ou « Je suis aussi en Arcadie« .

Un fait étrange à savoir est que le peintre Nicolas Poussin ( XVII siècle) fut l’auteur d’un tableau « Les bergers d’Arcadie » (version II) troublant de similitude avec le tombeau du hameau des Pontils (même inscription Et in Arcadia Ego ) … Voir ICI

L’abbé Saunière

 

Nous arrivons en 1885 ou l’abbé Saunière prend possession de la paroisse de Rennes le Château. Il se fait de suite des ennemis au sein du village en la personne du Maire car lors des élections législatives il milite contre les Républicains ( socialistes ) et proclame ouvertement qu’il est Royaliste !

Les Républicains gagnent et il est dénoncé aux autorités pour incitation au désordre public…

Il est envoyé pendant 6 mois à Narbonne ou la comtesse de Chambord lui apportera un soutien financier important de 1 000 francs-or. De retour à Rennes le Château il prend à son service une servante Marie Dénarnaud qui lui sera fidèle jusqu’à sa mort.

L’église Marie Madeleine est en piteux état et avec cet argent il va commencer des travaux de restauration. Et en même temps, aidé de sa servante ils fouilleront, creuseront la nuit dans l’église, le cimetière, déterrant des squelettes… Cherchant apparemment quelque chose…

Les deux compères auraient trouvé suite à ces fouilles sauvages un trésor …

De là, la richesse subite de ce curé de village qui fit une restauration somptueuse de l’église Marie-Madeleine et édifia  la villa Béthanie à coté de cette dernière.

Le mystère reste entier à ce jour…

D’où venait la fortune de Saunière ?

Un(e) ou des mécènes qui  finançait son train de vie ? Mais dans quel but ?

Si trésor découvert,  était il sous forme de parchemins ( laissés par l‘abbé Bigou ) relatant une certaine lignée Mérovingienne, un code à déchiffrer concernant l’emplacement d’un trésor enfoui ? Ou bien tout simplement des objets de valeurs trouvés et revendus à des antiquaires ?

Une multitude d’hypothèses plus ou moins cohérentes ont été suggérées au fil du temps, depuis les années 1960 par des écrivains, des passionnés de cette histoire.

Le fait est, qu’en 1893, après des années de fouilles tout est remis en place.

En 1899, Saunière achète des terrains à coté de l’église Marie-Madeleine qu’il met au nom de Marie Dénarnaud ( ainsi il ne possède rien en son nom ) et commence la construction de la Villa Béthanie.

A partir de 1906, des gens de haut rang vont séjourner dans cette Villa décorée avec des meubles & tableaux de valeurs.

Beaucoup de Franc-maçon défilent dans cette villa , la cantatrice Emma Calvé qui fréquentait le milieu occultiste de l’époque et notamment le cabaret du chat noir ou siégeait régulièrement  Jules Bois, Papus…

L’abbé Saunière meurt en 1917 et à l’ouverture de son testament l’on s’aperçoit que tous ses biens appartiennent à Marie Dénarnaud sa servante.

En 1942 Noel Corbu, un industriel Perpignanais noue une amitié sincère avec Marie. Ne voulant pas vendre le domaine, elle accepte de mettre en viager la villa Béthanie. Les légataires deviennent alors les époux Corbu.

Marie décédera le 29 janvier 1953 d’une attaque cérébrale sans dire un mot du secret de l’abbé Saunières à Noel Corbu.

En fait, l’affaire de Rennes le château est un imbroglio de mystères dont on commence publiquement à parler en France en 1967 avec le livre de « Gérard de Sède« , intitulé « L’or de Rennes« . ( livre qui inspira l’écrivain Dan Brown pour son « Da Vinci Code » )

Il fut écrit d’après les dires de Pierre Plantard (franc maçon) et de Philippe de Cherisey (membre du collège de Pataphysique).

Les renseignements qu’ils avaient sur Bérenger Saunière provenait de Noel Corbu qui était légataire du domaine de l’abbé à la mort de sa servante Marie Denarnaud.

Or, les deux hommes se sont fâchés pour une histoire de droits d’auteurs et Philippe de Cherisey écrivit par la suite une texte nommé « Pierre & papier » ou il avoue que toute cette histoire est un canular ! Les deux parchemins soi disant retrouvés aurait été crées par Cherisey lui même !

Bref, c’est une curieuse histoire que celle-ci …

Si nous nous en tenons au fait, nous avons un curé qui :

  • Fait des fouilles dans son église, son cimetière et aux alentours…
  • Du jour au lendemain devient relativement riche ( et ce n’est certainement pas du au trafic de messes !!! )
  • Côtoie des personnages liés à l’occultisme, Emma Calvé en l’occurrence qui était la compagne de Jules Bois. La célèbre cantatrice férue d’ésotérisme fréquentait également « le cabaret du chat noir« .
  • Mets tous ses biens au nom de sa servante Marie Dénarnaud
  • Est ami avec l’abbé Boudet, curé de Rennes les Bains ( village et station thermale à coté de Rennes le château), érudit et hermétiste, auteur de « La vraie langue Celtique ».

Cela mérite tout de même réflexions …

1997 p11 12 34a rennes le chateau vue aerienne avion legendes tresors templiers cathares wisigoths philippe contal 1 863x584 - Rennes le château
Source : Aude, Pays cathare, Occitanie, France ; photographie aérienne : Philippe Contal, 1997 et 2005 – Village de Rennes la Château
0147 - Rennes le château

La Tour Magdala

 

La tour Magdala ( Marie-Madeleine ) fait partie du domaine de l’abbé Saunière. Édifiée vers 1900, elle lui servait de bibliothèque et était reliée par un chemin de ronde à une tour en verre. Elle surplombe les vallées de l’Aude et de la Sals.

340 1024x491 - Rennes le château
Tour Magdala, Rennes le château dans l’Aude
GOPR8508 1024x768 - Rennes le château
Tour Magdala bibliothèque de l’abbé Saunière, Rennes le château
000 1024x444 - Rennes le château
Vue de la tour Magdala sur la région du Razès

La villa Béthanie

 

Construite vers 1900 elle devient l’habitation principale de l’abbé Saunière et de sa servante Marie Dénarnaud. Car, auparavant il habitait dans le presbytère.

A la mort de l’abbé en 1917, Marie hérite du domaine et l’occupe jusqu’à sa mort. L’ayant mis en viager dans les années 1940 (trop de dettes) elle revient alors à Noel Corbu.

Noel Corbu transformera la Villa Béthanie en « Hôtel de la Tour » dans les années 1950.

Certains diront que pour attirer la clientèle dans son affaire , il créa avec Plantard et De Cherisey la légende de « Rennes le Château » et du trésor de l’abbé Saunière.

Depuis 2000, la villa est devenue le musée local de l’histoire mystérieuse de l’abbé Saunière.

GOPR8505 1024x768 - Rennes le château
Villa Béthania de l’abbé Saunière à Rennes le château dans l’Aude

Depuis les années 1960, de nombreux passionnés par cette histoire de trésors ( trésor Wisigoth provenant du sac de Rome entre autres … ) viennent fouiller le village. Le maire a donc édité un arrêté depuis 1963 qui stipule que les fouilles sont interdites.

00232 1024x507 - Rennes le château

L’église Sainte Marie-Madeleine

 

Les fondations datent probablement du XI siècle ou même d’avant ( époque Wisigothique). Elle est en partie détruite lors des guerres de religion au XVI siècle. Quand l’abbé Saunière arrive à Rennes, elle est en piteux état. Il la restaure à grands frais à partir de 1886  dans le style Sulpicien .

 

230 1024x483 - Rennes le château
L’église Sainte Marie-Madeleine à Rennes le château

Le fronton surmonté d’un triangle abrite une statue de Marie Madeleine, ainsi qu’une inscription « In hoc signo vinces » ou Par ce signe tu vaincras.

 

300 1024x578 - Rennes le château
Fronton de l’église Marie-Madeleine de Rennes le Château

Sur le tympan du porche est inscrit :

  • « Terribilis est locus iste » ou « Terrible est ce lieu »
  • « Domus mea domus orationis vocagitur » ou Ma maison sera appelé maison de prière ( référence à Mathieu )
350 1024x534 - Rennes le château
Tympan de l’église Marie-Madeleine de Rennes le château

A l’entrée de l’église, sur la gauche se trouve le célèbre bénitier de l’église de Rennes le château : Le démon Asmodée qui supporte une coquille Saint Jacques avec 4 anges faisant le signe de la croix, ainsi que l’inscription  » Par ce signe tu le vaincras ». 

GOPR8526 1024x768 - Rennes le château
« Par ce signe tu vaincras », église Marie-Madeleine à Rennes le château

Le démon Asmodée ou le diable au choix est maintenant enfermé dans une vitrine depuis plusieurs agressions dont il a été victime !

GOPR8527 1024x768 - Rennes le château
Le démon Asmodée , église Marie-Madeleine Rennes le château
IMG 20191110 155236 1024x576 - Rennes le château
Asmodée, église de Rennes le château dans l’Aude

Neuf statues se trouvent dans l’église dont cinq dans la nef :

  • Saint Jean Baptiste
  • Sainte Germaine de Pibrac (nef)
  • Saint Antoine l’ermite (nef)
  • Saint Joseph
  • Sainte vierge Mère
  • Saint Antoine de Padoue (nef)
  • Sainte Marie
  • Saint Roch (nef)
  • Saint Luc sur la chaire (nef)

Or, si l’on regroupe l’initial des  cinq statues de la nef l’on trouve le mot « GRAAL » qui se traduit pour certains par trésors, sang du Christ ( précisément la coupe ayant recueilli le sang de JC) et pour d’autres la vie éternelle. Au choix …

Le sol de l’église ressemble à un échiquier (8×8 dalles), et il est dit qu’au niveau de l’isoloir ( pas pris en photo) existe un accès à un souterrain menant dans une crypte…

IMG 20191110 160407 1024x576 - Rennes le château
Sainte Marie-Madeleine, église de Rennes le château dans l’Aude

A noter que le chemin de croix ( fabriqué par la maison Giscard de Toulouse qui a fait également celui de Rocamadour)) est inversé.

GOPR8536 1024x768 - Rennes le château
Chœur & autel de l’église Marie-Madeleine à Rennes le château

Une inscription au niveau du bas relief de l’autel existait auparavant ( ajouté par Saunière) ou Marie-Madeleine prie dans une grotte avec un livre ouvert et un crâne. La Sainte Baume comme le dit la légende ?

Cette inscription latine fut volée en 1970 . Elle signifiait :

« Jésus remède pour nos peines, et unique espoirs pour nos repentirs. C’est grâce aux larmes de Madeleine que tu effaces nos pêchés »

IMG 20191110 160007 1024x576 - Rennes le château
Autel de l’église Marie-Madeleine, Rennes le château

Le cimetière a été fouillé par l’abbé Saunière et Marie Dénarnaud pendant des nuits et des nuits.

« Souviens toi homme, tu es poussière et à la poussière tu retourneras »

IMG 20191110 154859 - Rennes le château
Fronton du cimetière jouxtant l’église de Rennes le château
GOPR8544 1024x768 - Rennes le château
Château des Hautpoul à Rennes le château dans l’Aude

Sources : Rennes-le-château-archives.com

♣♣

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *