Marquise de Pompadour - Boucher
Histoire,  XVIII siècle, Les lumières

Marquise De Pompadour

Partager cet article :

La marquise de Pompadour fut la maitresse en titre du règne du Roi de France Louis XV. Maitresse de ce dernier puis amie et confidente elle usa de son influence sur le Roi afin d’orienter la politique de la monarchie Française.

 

 

Qui est Jeanne-Antoinette Poisson ?

 

 

Jeanne Antoinette Poisson , futur Marquise De Pompadour  est née à Paris rue de Cléry le 30/12/1721. Elle est la fille de François Poisson écuyer du Duc D’Orléans et de Louise Madeleine De la Motte mais également la nièce du banquier Jean Pâris ( célèbre financier sous les règnes de Louis XIV et Louis XV, et qui a fait fortune dans la première société Européenne de la traite négrière). Elle a une sœur Françoise-Louise décédée en bas-âge et un frère Abel-François.

Son père François Poisson est contraint de s’exiler en Allemagne car il est accusé de trafics et ventes frauduleuses. Une séparation de bien est conclue entre lui et son épouse Mme De la Motte et Jeanne est confiée au couvent des Ursulines à Poissy en 1727.

La mère de Jeanne, Mme De la Motte souvent décrite comme une personne à la cuisse légère, ( d’ailleurs il a été dit que le véritable père de la marquise était soit le banquier Pâris de Montmartel son parrain soit et cela est plus certain, Mr Le Normant de Tournehem) reprend avec elle sa fille à Paris, rue Neuve des bons-enfants en janvier 1730 .

 

 

Madame De la Motte mère de la Pompadour - Marquise De Pompadour
Madame De la Motte mère de la Pompadour

 

L’éducation de Jeanne-Antoinette Poisson

 

Après avoir passé 3 ans au couvent, elle vit donc de nouveau avec sa mère et son beau-père Le Normant de Tournehem ( sa mère ne reste pas longtemps seule) qui lui fait donner des cours de dessin, de musique, de peinture … et se rend régulièrement chez une amie de sa mère qui tient un salon politique & littéraire Madame de Tencin ( maitresse de Guillaume Dubois conseiller du régent en 1715 et futur cardinal Dubois grâce a qui elle triplera sa fortune à l’époque du système de Law ) et mère du célèbre  Jean d’Alembert  ( qu’elle abandonnera à la naissance) qui rédigera avec Denis Diderot l’Encyclopédie, œuvre considérée comme un manifeste de la philosophie des lumières.

 

La futur Marquise de Pompadour aura donc été baignée toute jeune dans un athéisme profond et empreinte de la philosophie des lumières.

 

Madame de Tencin, marraine de la futur Pompadour jouera même les entremetteuses en procurant au Roi Louis XV des maitresses. C’est ainsi d’ailleurs en mettant dans le lit du Roi la Duchesse de Chateauroux qu’elle parviendra à faire nommer son frère Pierre Guerin de Tencin cardinal archevêque de Lyon en 1740 puis ministre d’état.

Jeanne Antoinette Poisson eut ainsi pour modèle féminin sa mère une femme volage et « sa marraine » Madame de Tencin Alexandrine, lettrée érudite qui couchait par monts et par vaux mais toujours avec en tête un objectif précis.

« Une femme adroite sait mêler le plaisir avec les intérêts généraux, et parvient, sans ennuyer son amant, à lui faire faire ce qu’elle veut. »

Extrait d’une lettre de Mme de Tencin adressée au Duc de Richelieu, 1743.

 

Aved Tencin - Marquise De Pompadour
Madame de Tencin – Joseph Aved

 

Le mariage de Jeanne-Antoinette Poisson

 

Mme De la Motte, la mère de Jeanne qui se retrouve donc sans mari, prend pour amant Charles François Paul Le Normant de Tournehem qui devient le tuteur légale des deux enfants de sa maitresse soit notre Jeanne-Antoinette et Abel son frère. C’est lui qui se charge de marier Jeanne à l’âge de 20 ans avec son neveu et héritier Charles Guillaume Le Normant d’Étiolles.

 

Le couple qui habite au Château d’Étiolles en Essonne (91) aura 1 fils en 1741 qui mourra la même année et une fille en 1744 prénommée Alexandrine en l’honneur de Mme De Tancin.

 

 

Château dÉtiolles Essonne Marquise de Pompadour - Marquise De Pompadour
Château d’Étiolles ou château du bourg(Essonne) Marquise de Pompadour

 

 

Jeanne-Antoinette Poisson, maitresse du Roi Louis XV

 

 

C’est dit-on à l’occasion d’une partie de chasse vers 1743 en forêt de Sénart  donc tout proche du château d’Étiolles que le Roi Louis XV remarque Jeanne-Antoinette. Il l’invite par la suite à la cour et elle devient sa maitresse. Une autre version cependant est donnée de leurs rencontre. Ce serait le valet du Roi Dominique Lebel qui aurait remarquer Jeanne-Antoinette et l’aurait présenter à Louis XV.

Mr D’Étiolles, le mari cocu est prié dès lors de signer  une séparation de corps. Il ne lui pardonnera jamais.

Jeanne- Antoinette fait édifiée dans ce château d’Étiolles qu’elle garde après sa séparation de son mari, un théâtre digne de l’opéra de Paris selon Voltaire ou est convié tout le gratin de l’époque.

Ce château est détruit en 1908, et de nos jours à l’emplacement de ce dernier se trouvent des logements sociaux.

 

Jeanne-Antoinette devient la Marquise de Pompadour

 

 

J.  M. Nattier Pompadour - Marquise De Pompadour
La Pompadour – Nattier

 

En 1745 le Roi la nomme Marquise de Pompadour et lui offre le château de Pompadour en Corrèze ( elle n’y résidera pas ).

 

Il l’installe au château de Versailles, juste au dessus de ses appartements. Voir Ici.  Le Roi demande à la Princesse de Conti ( en échange le Roi annule les dettes de la princesse) d’être la marraine  de Jeanne-Antoinette lors de sa présentation officielle à la cour en tant que maitresse en titre du Roi. Elle a 23 ans. L’abbé de Bernis sera charger de lui apprendre les manières de la cour.

 

Madame de pompadour - Marquise De Pompadour
Madame de Pompadour

Son arrivée à Versailles ne va pas être du gout de tout le monde.

Elle est détestée par la noblesse car elle issue de la bourgeoisie financière.

Les gens d’église la déteste également car elle fréquente les philosophes des lumières, elle est donc athée et soupçonnée de conspirer contre la Monarchie. Mais surtout détestée par le Dauphin, le fils unique de Louis XV qu’il l’appelle « maman putain ».

 

Madame de Pompadour3 - Marquise De Pompadour
Marquise de Pompadour

 

On se moque d’elle dans des pamphlets appelés « les poissonnades« .

Elle tient bon et prend de l’importance auprès du Roi. A tel point qu’elle obtient la tête du ministre le comte de Maurepas qui lui était hostile.

Le Roi quand à lui apprécie sa présence et sa compagnie et n’est pas avare en présents. Il  lui offre en 1746 le château de Crécy, puis 6 hectares dans le Parc du Château de Versailles ou elle s’y fait construire une magnifique demeure.

 

300px Maurice Quentin de La Tour   Marquise de Pompadour   WGA12359 - Marquise De Pompadour
La Marquise de Pompadour de Maurice Quentin De la Tour

 

En 1748 elle achète un château à la celle saint Cloud .

 

800px Château La Celle Saint Cloud - Marquise De Pompadour
Château de la Celle Saint Cloud, propriété de la Marquise de Pompadour

 

En 1749, Louis XV offre à sa maitresse un terrain à Meudon, proche du château de la Celle Saint Cloud.

La marquise de Pompadour y fait construire le château de Bellevue qui fut démembré progressivement à partir de la Révolution Française.

 

Bellevue Château   1 - Marquise De Pompadour
Château de Bellevue à Meudon, propriété de la Marquise de Pompadour

 

Puis elle fait construire en 1751 juste à coté du Château de Versailles « l’ hôtel des réservoirs » ( N°7 rue des réservoirs) qui communiquait avec le Château grâce à un couloir couvert.

 

Le Roi Louis XV lui offre en 1753 l’hôtel d’Évreux, l’actuel Palais de L’Elysée, aujourd’hui résidence officielle du Président de la République.

En 1754, elle obtient le Pavillon l’ermitage de Pompadour à Fontainebleau.

En 1756 elle convainc le Roi de faire construire le petit Trianon, qu’elle ne verra pas de son vivant et qui deviendra le lieu favori de la Reine Marie-Antoinette.

La Marquise de Pompadour va également loger en tant que locataire dans les années 1757/58/1759  au Château de Champs sur Marne ( Seine et Marne).

Pendant les 20 ans ou elle tient la place officielle de maitresse en titre du Roi elle aura réussie à devenir propriétaire de 8 Châteaux, 3 ermitages et 3 hôtels particuliers pour la modique somme de 36 millions de livres environ  ( 405 955 904 € ) La plupart de ces acquisitions se feront sur les deniers de la couronne bien sûr… 

 

L’amie et confidente du Roi Louis XV

 

Elle apprend vers 1749/1750 qu’elle est atteinte d’une maladie vénérienne. Certainement due aux infidélités du Roi Louis XV.

Dès lors, elle arrête toute intimité avec le Roi et emménage au rez de chaussée du château de Versailles. Elle est désormais l’amie la plus proche de Louis XV, sa confidente.

Elle organise des festivités, des bals somptueux pour divertir le Roi. Elle lui apprend les arts, soutient Voltaire, Diderot et d’Alembert ( avec la publication des deux volumes de l’encyclopédie) , Montesquieu auprès du Roi. Tous hommes des lumières.

Véritable artiste, elle est douée pour le dessin et la gravure et crée la manufacture de porcelaine de sèvres.

Grâce à elle, la Porcelaine de Sèvres (et donc la France) rayonnera dans toutes les cours d’Europe.

 

Madame De Pompadour Alexander Roslin - Marquise De Pompadour
Madame De Pompadour – Alexander Roslin

 

Elle n’oublie pas son frère Abel Poisson et le fait nommer par le Roi Marquis de Vandières, puis Marquis de Marigny et de Ménars. Pour arriver en 1751 au poste de Directeur des bâtiments du Roi.

Afin de ne pas perdre son ascendant sur le Roi étant donné qu’elle ne partage plus son lit, et qu’elle n’ a pas d’enfants de lui ( elle a perdue 3 enfants du Roi par fausses couches ou avortement ?) elle choisit elle même, aidée du Duc de Richelieu , du valet Dominique-Guillaume Lebel et de son frère le Marquis de Marigny les maitresses du Roi.

Sottes et écervelées de préférence, jeunes et vierges afin de ne pas perdre sa place de favorite auprès de Louis XV.

Pas folle la guêpe !

Ainsi, dans la maison du Parc au cerfs, au 4 rue Médéric à Versailles se trouvaient à disposition du Roi tout un harem de jeunes filles ( 13 à 16 ans) qui passaient leurs journées à attendre les avances du Roi.

La plus connue d’entre elles est Morphise ou Marie-Louise O’ Morphy qui posa pour la postérité et dont on connait le visage (de profil) et les courbes généreuses par le célèbre tableau du peintre François Boucher.

 

800px Resting Girl by François Boucher 1753   Alte Pinakothek   Munich   Germany 2017 crop 1 - Marquise De Pompadour
Morphise, maitresse de Louis XV, parc au cerfs de Boucher

 

Cependant à cette époque, un drame survient dans la vie de la Pompadour en 1754. Sa fille unique Alexandrine âgée de 9 ans meurt d’une péritonite au couvent des Dames de l’assomption rue Saint Honoré à Paris.

Elle n’est pas présente auprès de sa fille car retenue à Versailles.

Elle ne s’en remettra vraiment jamais.

 

La Colère des Parisiens contre la Marquise de Pompadour et le Roi Louis XV.

 

Le peuple de Paris eut connaissance des mœurs dépravées de Louis XV  et en fut scandalisé.  Le Roi Louis XV était donc un débauché, un pédophile sous l’emprise de cette « Bestiole », alias La Pompadour.

Des pamphlets circulaient dans Paris sur la Marquise qui pervertissait le Roi en flattant ses bas-instincts ( c’est elle qui organisait ses parties-fines) et qui dirigeait en sous main la politique de la France. ( avec la philosophie des lumières)

De plus, depuis plusieurs années des enfants disparaissaient dans les rues de Paris, enlevés par des gens de la Police sous les ordres du Lieutenant de Police Berryer.

Des révoltes Parisiennes avaient eut lieu pour demander justice et des explications vers 1749 et 1750. En vain…

Les Parisiens avaient encore en mémoire les horreurs qui s’étaient déroulés sous le règne du Roi précédent Louis XIV avec sa maitresse Madame De Montespan, les messes noires, les sacrifices d’enfants…

Le Roi Louis XV était donc détesté, soupçonné par le peuple ( et certainement par les nobles également) de tremper dans des histoires sordides ayant lien avec La Pompadour.

C’est d’ailleurs pour cela comme l’explique si bien l’enquête passionnante qu’a menée l’historienne Marion Sigaut dans son livre « Mourir à l’ombre des lumières »  que le Roi Louis XV échappa à un attentat le 05/01/1757. L’attentat de Robert François Damiens.

 

 

Madame de Pompadour Quentin De la Tour - Marquise De Pompadour
Madame de Pompadour – Quentin De la Tour

 

Fin de vie de la Marquise De Pompadour

 

En 1760, elle fait l’acquisition du Château de Ménars dans le Loir et Cher à coté de Blois.

Château qu’elle léguera à sa mort en 1764 à son frère Abel.

 

Château de Ménars 1 - Marquise De Pompadour
Château de Ménars, Loir et Cher propriété en 1760 de la Marquise de Pompadour Source ici

 

490px Jeanne Antoinette Poisson marquise de Pompadour - Marquise De Pompadour
Marquise de Pompadour- François Hubert Drouai

 

Elle meurt de la tuberculose au Château de Versailles ( exceptionnel privilège) le 15 avril 1764.

Elle s’est confessée et le curé de la Madeleine de la ville l’évêque lui administre l’extrême onction.

Décédée jeune car elle n’avait que 42 ans. Transportée à son hôtel des réservoirs à proximité du Château de Versailles, veillée pendant deux jours et deux nuits elle est enterrée dans la chapelle du couvent des Capucines à Paris.( aujourd’hui à l’emplacement du 3 rue de la paix)

Sa devise résumant assez bien sa vie : (et qui aurait pu être également à mon bon plaisir)  :

 

« Après nous, le déluge ! »

 

Sources :

 

 

♣♣♣

Partager cet article :

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *