Le miroir des âmes simples et anéanties de Marguerite Porete
Christianisme,  Histoire,  Lecture,  Moyen-âge XIII siècle,  Moyen-âge XIV siècle

Marguerite Porete

Partager cet article :

Marguerite Porete est une mystique chrétienne et probablement une béguine. Peu d’informations nous sont parvenues concernant sa vie.

Nous savons qu’elle est née vers 1250 et qu’elle vécue à Valenciennes dans le nord de la France (comté du Hainaut qui à l’époque relevait du Saint Empire Germanique) .

Marguerite était lettrée et nourrie de littérature chevaleresque de cette époque, autrement dit de l’esprit de l’amour courtois, « le fin amor ».

Elle écrivit un premier ouvrage qui fut brûlé à Valenciennes sur les ordres de l’évêque de Cambrai pour hérésie.

Les textes de Porete était écrit en langue vernaculaire (langue du peuple ici le vieux Français) et non en latin qui était elle, la langue des élites. Ces écrits touchaient de ce fait beaucoup plus de monde.

Elle eut donc un premier avertissement concernant ses croyances jugées hérétiques avec son premier livre qui fut mis au pilori. Mais elle n’en aura cure , car peu de temps après elle récidivera avec son second ouvrage « le miroir des âmes simples et anéanties ».


ppm medias  image  2011  9782226221575 x - Marguerite Porete
Le miroir des âmes simples et anéanties de Marguerite Porete

800px Margarete Porete fol. 38 703x1024 - Marguerite Porete

Suite à la parution de ce livre elle sera dénoncée comme hérétique et comparaîtra en 1307 devant l’inquisiteur Guillaume Humbert ou Guillaume de Paris ( que l’on retrouve également dans le procès des templiers).

Emprisonnée pendant un an et demi elle sera brûlée en Place de Grève à Paris le 1 juin 1310.

Dans les actes de ses procès elle sera désignée comme béguine, propageant l’hérésie du « libre Esprit » bien que l’on ne sache pas vraiment quel degré d’appartenance elle avait  avec ce mouvement. Il est cependant certain qu’elle se rapprochait de la spiritualité dHadewijch d’Anvers.


AVT Marguerite Porete 4547 - Marguerite Porete
Marguerite Porete brûlée place de Grève Paris 1310

Des extraits de son livre serviront de base pour la rédaction du décret « Ad nostrum » qui servira au Concile de Vienne en 1311 contre les béguines.

On confondera sciemment les déviations des sectes du « libre Esprit » avec les écrits de « la Porete », ainsi elle sera décrétée hérétique.

Les accusations principales seront :

  • Les reniements des institutions Chrétiennes
  • L’identification à Dieu
  • Un certain nihilisme (se perdre dans le néant)
  • Opposition aux vertus
  • Volonté qui se perd en Dieu,
  • D’être une femme indépendante en communion directe avec le divin
  • De propager des écrits hérétiques en langue vernaculaire accessibles ainsi au plus grand nombre.

Avant d’être brûlé son livre circulait en latin et dans d’autres langues en Europe ( Angleterre, Italie…) avec un certain succès, ce qui explique qu’il nous soit parvenu de nos jours.

C’est en 1946 que le texte « le miroir des âmes simples et anéanties » est attribué à Marguerite Porete grâce aux travaux de Romana Guarnieri (historienne).  Auparavant l’auteur du « Miroir » était semble t-il anonyme.

Le miroir des âmes simples et anéanties

 

Avertissement aux lecteurs

 

Vous qui lirez en ce livre,

Si vous voulez bien l’entendre,

Veillez à ce que vous direz,

car il est difficile à comprendre,

il vous faut prendre humilité.

Théologiens et clerc,

Vous n’en n’aurez pas l’entendement,

Quelle que soit la subtilité de votre esprit,

Si vous n’avancez pas humblement.

Cet ouvrage est un texte majeur de la littérature mystique médiévale Française. Il fit scandale à l’époque mais fut tout de même diffusé (sous le manteau) en Europe.

Le miroir évoque le reflet de celui qui le regarde, les différents reflets de la personnalité… le face à face avec soi même.

Ce livre parle de l’anéantissement de l’âme, de la désapropriation de soi, le désencombrement de soi.

Il décrit l’état d’être de l’âme  quand Dieu ou « AMOUR » est en elle.

Il est formulé en dialogue entre plusieurs figures allégoriques qui sont :

– la raison

– l’AMOUR

– la vérité

– la foi

– l’âme

– la courtoisie…

Marguerite Porete décrit les sept états d’êtres sur le chemin spirituel .  Ces états de conscience sont des étapes pour parvenir à l’illumination, à l’unité, intégré ou être intégré, absorbé par Dieu ou AMOUR.

La volonté doit se perdre en Dieu afin de parvenir à une union mystique ( ici mystique nuptiale). Ne rien vouloir, rien désirer, s’abandonner entièrement entre les mains de Dieu ou AMOUR. Ressentir l’instant du Loin-près pour atteindre AMOUR.

EXTRAIT

 

Amour : Cette âme ne tient compte ni de honte, ni d’honneur, ni de pauvreté, ni de richesse, ni d’aise, ni de mésaise, ni d’amour ni de haine,ni de paradis ni d’enfer.

Raison : Au nom de Dieu, qu’est ce à dire ?

Amour : Certes, celui là le sait et nul autre a qui Dieu a donné l’entendement, car ni l’écriture ne le contient, ni la sagesse humaine ne le comprend, ni le travail d’une créature ne permet de l’entendre ou de le comprendre, mais ce Don vient plutôt du Très Haut en qui cette créature est ravie par plénitude de connaissance et rien ne demeure en son entendement.

Alors cette âme  devenue rien  possède tout et pourtant ne possède rien, elle veut tout et ne veut rien, elle sait tout et ne sait rien.

♥♥♥

A propos des désirs, des émotions, des sentiments :

Extrait

Raison : Mais dites moi Amour : Ces âmes sentent elles quelque joie en elles ou hors d’elles ?

Amour : Je réponds non à votre question; en effet, leur nature est tuée et leur esprit est mort, car toute volonté s’est séparée d’elles, et c’est pourquoi elle vit, elle demeure et elle est en la volonté divine, du fait de cette mise à mort….

Or cette âme est si brûlante du feu d’amour qu’elle est devenue feu, si bien qu’elle ne sent pas le feu puisqu’elle est feu en elle même par la force d’amour…

♥♥♥

A propos du Néant :

EXTRAIT

L’âme : Oui Amour, la sagesse de ce qui est dit m’a réduite à rien, et ce seul néant m’a plongée en un abîme plus insondable que ce qui est moins que rien. Et la connaissance de mon néant m’a donné le Tout, et le néant de ce tout m’a enlevé oraison et prière, et je ne prie plus pour rienJe me repose en paix complètement, seule réduite à rien, toute à la courtoisie de la seule bonté de Dieu sans qu’un seul vouloir me fasse bouger, quelqu’en soit la richesse. L’accomplissement de mon oeuvre c’est de toujours ne rien vouloir.

et

Je demande si la créature humaine peut demeurer en vie tout en étant sans elle même.

Vérité répond oui et amour le souligne en disant que l’âme anéantie est sans elle même lorsqu’elle ne sent plus d’aucune façon ni la nature, ni son opération, ni aucune oeuvre intérieure, ni honte, ni honneur, ni aucune crainte de quoi que ce soit qui advienne, ni aucune affection envers la bonté divine…elle est alors anéantie sans elle même…elle vit de substance divine.

♥♥♥

Maitre Eckhart (1260-1328) s’inspirera de la mystique féminine Flamande et notamment des écrits d’Hadewijch et de Porete.

Marguerite Porete s’ajoute ici à la longue liste de femmes dont les œuvres sont restées invisibles, cachées, spoliées ou rendues anonyme dans l’histoire telle que nous la connaissons.

♣♣♣

Partager cet article :

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *