lobby transgenre
Baleine sous caillou,  Psychologie

Lobby transgenre

Partager cet article :

Le lobby transgenre a une place primordiale dans l’avènement du nouvel ordre mondial promu par nos élites. En effet, déconstruire l’identité de l’être humain et de la famille semble être un des éléments du credo des mondialistes. Ce phénomène sociétal ou idéologie existe depuis plusieurs décennies aux États-unis ( tiens tiens…) nous retrouvons encore ici la psychiatrie sociale, la manipulation des masses. Voir à ce sujet l‘institut Tavistock.

En France les consultations médicales d’enfants et d’adolescents ces dernières années concernant la disphorie de genre explosent ainsi que le fait de se proclamer « non binaire « ( se ressentir ni homme, ni femme).

En Angleterre, des hôpitaux Britanniques ont des formulaires avec la mention parent 1, parent 2 pour mère et père et ne parle plus de lait maternel mais de lait humain. C’est ici

En France, au planning familial on utilise le terme « personne avec utérus » au lieu de « femme » pour ne pas froisser les adeptes de la théorie du genre, transgenre, non genrée… C’est ici

On peut également de nos jours et sans traitements hormonaux ni opération avoir une transidentité, c’est à dire être de sexe masculin sur sa carte d’identité ( identité de genre)  mais être de sexe féminin de naissance. C’est ici

Nous devons cette diabolique invention de théorie du genre au psychologue et sexologue John Money (1921-2006) qui malgré sa désastreuse expérience sur Bruce Reimer (qui deviendra Brenda Reimer et se suicidera) représente le point de départ de ce mouvement en Occident ( mais existant déjà dans d’autres cultures comme le Japon, l’Inde…). Ce personnage tenait également des propos ambigus concernant la pédophilie, rappelant ainsi un autre docteur en zoologie cette fois le Dr Kinsey auteur de deux études sur le comportement sexuel de la femme et de l’homme et qui sera le chantre de la liberté sexuelle, la liberté des mœurs de 1968, de la pédophilie, du jouir sans entraves, du tout est possible… C’est ici

On peut remarquer tout de même avec perplexité que ces deux illuminés ont réussi à inculquer leurs idéologies au sein de la société et à changer les mœurs sexuelles d’une grande partie de la civilisation occidentale. 

Mais comment nos élites, nos scientifiques, nos politiques ont laissé faire cela ? 

Nier les différences biologiques ( le sexe de naissance), nier les différences cérébrales entre un homme et une femme, nier les effets psychologiques délétères d’une opération pour changer de sexe sur un enfant ou un adolescent est-ce de la science ?

Entendons nous bien, il ne s’agit pas ici de nier la possibilité d’un mal être sur le questionnement de son identité sexuelle qui peut être réelle pendant l’enfance et l’adolescence. Cependant avant de recourir lors de sa minorité à des traitements hormonaux dangereux ( risque cardiaque…) , des opérations irréversibles ne peut-on pas prendre en compte la psyché de la personne en souffrance mais également celle de ses parents en thérapie avec des spécialistes compétents ? 

En effet, une étude de 1994 parue dans le journal psychology & Human sexuality concernant 45 sujets transexuels montre que 60% d’entre eux ont subi une forme de violence durant leurs enfances, 31% ont été victimes de violence sexuelle, 29% de violence psychologique et 38% de violence physique. C’est ici

De plus avant de se lancer dans une démarche qui ressemble plus à mon sens à une expérience d’apprenti-sorcier ou (d’auto-destruction ) ne vaut il mieux pas attendre sa majorité, d’être un adulte pour envisager une mastectomie, une ablation de l’utérus …

Appliquer le principe de prudence enseigné aux étudiants en médecine me parait ici judicieux :

« Primum non nocere »

( en premier, ne pas nuire )

 

Pourtant l’association professionnelle mondiale pour la santé des personnes transgenres autorise dès l’âge de 13 ans des traitements hormonaux … et certaines personnes militent même pour abaisser cet âge à 8 ans !

Insensé. 

C’est dans l’air du temps … 

Le progressisme sociétal est en marche. Une société ouverte ( lobby LGBT, transgenre… ), tolérante ( PMA, GPA, avortement possible à 9 mois …) humaniste ( raz de marée immigratoire ) et tout le bla bla qui va avec est en fait LA DÉCONSTRUCTION de l’occident.

Elle est pilotée par le célèbre milliardaire Soros au travers d’ONG, voir ici .  Plus grave, l’article de « Valeurs actuelles » nous montre que la cour Européenne des droits de l’homme à Strasbourg, la CEDH est infiltrée par des juges, magistrats de Soros.

La messe est dite … et tout devient plus limpide concernant l’avancée spectaculaire en quelques années dans nos pays de cette nouvelle idéologie du progressisme placardée en veux tu en voilà à toutes les sauces à la télé, au cinéma, dans les médias, dans les pubs … 

Idéologie très prisée aux États-unis , donnée en modèle aux jeunes générations et imposée aux concitoyens comme étant la norme.

De plus en plus de personnes binaires, transgenres … sont mises en lumière, données en exemple à suivre. 

  • Ellen Page actrice Canadienne qui devient Elliot Page en décembre 2020
  • Rachel Levine pédiatre, ministre adjointe de la santé du Président des USA, Joe Biden
  • Lana & Lilly Wachowski ,  ( 2 frères devenus femmes trans ) réalisatrice  de la saga Matrix

 

 

 

Aux États-unis donc, pays d’où vient cette idéologie, de nombreuses associations d’ex-transgenres ont vues le jour et mettent en garde contre cette supercherie et maltraitance physique &  intellectuelle.

Ils sont de plus en plus nombreux à comprendre que leur mal être est avant tout émotionnel ( fort taux de suicide chez les transgenres ). Qu’ils peuvent vivrent leurs sexualités en tant qu’ hétéro ou homosexuel sans passer par la case des traitements hormonaux ou des opérations. 

Walt Heyer un pionnier transgenre âgé aujourd’hui de 80 ans explique les conséquences tragiques de son changement de sexe d’homme en femme dans une autobiographie et milite désormais pour dénoncer le coté destructeur d’une telle opération. 

Son site : sexechangeregret.com 

 

La théorie du genre

 

Conférence donnée à Bordeaux par Vivigender le 28 mars 2017. 

 

Pour aller plus loin :

♣♣♣

Partager cet article :

Un commentaire

  • Françoise

    très interessant cet article sur la déconstruction de l’occident. On vogue en plein délire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *