L'hérésie cathare- Peyrepertuse
Aude,  Hérault,  Histoire,  Moyen-âge XII siècle,  Moyen-âge XIII siècle,  Occitanie,  Pyrénées Orientales,  Tarn

L’hérésie cathare

Partager cet article :

L’hérésie cathare fut présente en France essentiellement en Occitanie (Languedoc) au XII et XIII siècle. Les « Bons hommes », « les patarins » ou cathares avaient une doctrine dite chrétienne mais proche du manichéisme. Dans le midi de la France ils furent largement soutenu par la noblesse qui ( pas folle la guêpe ) prônait pour sa paroisse, voyant dans cette opposition au clergé catholique un moyen de ne pas payer d’impôt. Toutefois, il est bon de préciser également que le clergé catholique de ces régions ( Toulouse, Béziers, Narbonne … ) à cette période ( comme tant d’autres…) n’était pas exempt de reproches ; abus de pouvoir, abus de richesse et opulence, mœurs dépravés … bref rien de très catholique.

Il n’empêche que cette doctrine cathare prônait purement et simplement l’extinction de la race humaine étant contre la procréation. En effet, selon les cathares, l’âme ( la lumière, le bien , l’immortalité)  était enfermée, prisonnière du corps ( les ténèbres, le mal, le mortel ) et donc devait se libérer du cycle infernal de la réincarnation en se détachant pendant sa vie terrestre de tous les biens matériels ( refus de la propriété privé, pauvreté, ascèse alimentaire car ils étaient végétariens …) combattre les désirs …

Certains « parfaits » pratiquaient même l’ endura , qui est un suicide ou le parfait se laisse mourir de faim et parfois de froid. 

Voilà pourquoi les hautes instances du clergé catholique se sont inquiétées de la prolifération de cette religion.

C’est ainsi qu’est lancée en 1208 la croisade contre les albigeois avec le sac de Béziers, Carcassonne, Beaucaire, Toulouse… pour s’achever en 1229 avec le traité de Meaux-Paris

Peu de sources historiques sont disponibles sur cette hérésie chrétienne. Ce qui laisse la porte ouverte à de nombreuses théories fumeuses et romantiques. Un document datant du XIII siècle « Liber contra manicheos » ( 1220) du Vaudois Durand De Huesca converti au catholicisme , présente cependant un traité cathare anonyme qui n’est pas vraiment en leur faveur.

De nos jours le catharisme est un véritable vecteur économique et touristique pour la région Occitanie. Et ce même si les châteaux cathares, véritables citadelles du vertige, ne sont en rien « cathares » car édifiés pour la plupart avant le XI et XII siècle.

La visite vaut le détour, le spectacle est grandiose et inoubliable voir Peyrepertuse. ( personnellement il y a plus de 25 ans j’ai failli perdre la vie au château de Quéribus en montant l’escalier sans rambarde ou soufflait des raffales de vent à 70 km/H . Inoubliable je vous dis ….).

 

 

Vidéo ci-dessous de la chaine you tube KTO du 25/09/2016 avec la présence du frère Dominicain Gilles Danroc et l’historienne, directrice de recherche au CNRS Adeline Rucquoi.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *