Le Christ philosophe, Fréderic Lenoir
Christianisme,  Lecture,  Ultreïa

Le christ philosophe

Partager cet article :

« Le christ philosophe » est un livre de Frédéric Lenoir, historien des religions, chercheur associé à l’école des hautes études en sciences sociales. L’auteur nous démontre dans cet ouvrage que le Christianisme est une philosophie de vie avant d’être une religion. En enseignant une éthique à portée universelle , Jésus ou le Christ est le précurseur de l’humanisme moderne.

Le Christ, qui est-il ?


L’existence du Christ peut être controversé mais il faut tout de même prendre en considération des écrits historiques parlant d’un certain Jésus.

Notamment avec les textes de Flavius Josèphe, historien juif, non chrétien dans ses « Antiquités juives » rédigées vers 92/93 ap JC. Dont voici ci-dessous un extrait.

« Vers le même temps survint Jésus, un homme sage (si toutefois il faut l’appeler un homme). Car il était en effet faiseur de prodiges, le maître de ceux qui reçoivent avec plaisir des vérités. Il se gagna beaucoup de juifs et aussi beaucoup du monde hellénistique. Et Pilate l’ayant condamné à la croix selon l’indication des premiers d’entre nous, ceux qui l’avaient d’abord chéri ne cessèrent pas de le faire… » ou encore » Il convoqua un sanhédrin de juges et il fit comparaître le frère de Jésus appelé Christ ainsi que quelques autres Il les accusa d’avoir transgressé la loi et il les livra pour qu’ils soient lapidés. »

Une autre source existe avec « Les Annales » de Tacite qui décrit l’incendie de Rome en 64 ap JC:

« …Ce nom leur vient de Christus que , sous le principat de Tibère le procurateur Ponce Pilate avait livré au supplice…»

Dans le Talmud de Babylone il est écrit verset 43a qu’un certain Yeshu a pratiqué la sorcellerie et a séduit et égaré Israël avant d’être pendu à la veille de Pâques.

La vie de Jésus

C’est dans les évangiles de Mathieu, Marc, Luc et Jean que nous trouvons des indications concernant la vie de Jésus.
Les historiens s’accordent pour datée sa naissance entre -5 et -6 avant notre ère , c’est à dire à la fin du règne du roi Hérode. Il a été élevé selon la loi et les coutumes juives de ses parents, de son peuple (circoncision, shabbat, pèlerinage et vie religieuse au temple) .

Sa famille a peut-être fui en Égypte pendant son enfance suite aux massacres des enfants de 2 ans ordonné par le roi Hérode. Il est vrai que la bible ne reparle de Jésus qu’à ces 12 ans avec la présentation au temple.

C’est vers l’age de 30 ans que Jésus rejoint Jean Baptiste au bord du Jourdain. Il est alors un prophète itinérant, indépendant qui pratique des exorcismes, des guérisons (lépreux, paralytique, aveugle, ressuscite les morts, marche sur l’eau, multiplie les pains, apaise la tempête…). En fait un marginal…


Les experts en la matière pensent qu’ il meurt sur la croix vers l’âge de 35/36 ans.

La philosophie du Christ

Frédéric Lenoir nous démontre ici que le christ est l’initiateur de la démocratie et des droits de l’homme qui sont nés en Occident.

En effet le christianisme est une religion révolutionnaire pour son époque !

Elle enseigne :

• La dignité pour tous
• L’égalité homme & femme, juif & non juif, citoyen & esclave
• Justice & partage
• Non violence
• Émancipation de l’individu
• Émancipation de la femme
• Liberté de choix, responsabilisation de sa vie
• Séparation du politique & du religieux

La liberté individuelle est un concept cher au Christ puisqu’ il nous dit de choisir son chemin en toute conscience, se libérer si besoin des clans, de la famille.

L’émancipation de la femme de la tutelle masculine est présente dans sa philosophie puisque beaucoup de femmes étaient à ces cotés. ( jeunes, vieilles, riches, pauvres, prostituées…)

La séparation du politique et du religieux est bien présent dans ses paroles puisqu’ il n’a pas appelé à la révolte sociale ou politique mais à être près de Dieu. Nous le voyons ci-dessous avec ces paroles :

En regardant une pièce d’argent il demande aux prêtres du temple :

«De qui est l’effigie que voici ? On lui répond de César. Jésus dit alors : Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ». Il préconise ainsi de « Vivre dans le monde sans être du monde ».

La non violence et le pardon ne sont pas vu comme de la faiblesse, bien au contraire. Le pardon n’est pas synonyme d’oubli mais la spirale de la haine ne mène à rien.

Le Christ n’a pas voulu fonder une religion avec un clergé, des dogmes…Pour lui chaque être humain était relié directement à Dieu, pas besoin selon lui d’intercesseur humain.

Mais ce message, cette philosophie a été trahie, manipulée au cours des siècles par l’autorité de l’église pour asseoir son pouvoir sur les hommes…

Les hommes ne sont que des êtres humains avec leurs défauts (abus de pouvoirs, orgueil…).

C’est ainsi que l’église officielle au cours des siècles a montré avec les bûchers de l’inquisition, les conversions forcées, la débauche sexuelle des papes de la renaissance, les prêtres pédophiles … que son message était parfois bien éloigné de celui des évangiles !

Cependant il ne faut pas oublier non plus les êtres sincères et bons qui œuvrent au sein de cette même église comme certains évêques créateurs d’ asiles pour les pauvres, les malades, les missionnaires qui bâtissent des écoles, des dispensaires, qui fondent des universités (gratuites pour les pauvres avec le concile de Latran III en 1179), qui transmettent leurs savoirs, les bâtisseurs de cathédrales…

Il faut savoir faire la distinction entre « les chrétiens de nom » et « les chrétiens en acte » !


Pour ma part, je pense que cette trahison du verbe, de l’enseignement d’une sagesse antique au cours des temps n’est pas uniquement observable dans le Christianisme mais dans toutes les religions.

Ainsi pour exemple flagrant d’une dégénérescence du Christianisme : le Christ n’a jamais cherché à souffrir !

En effet, il accepte la souffrance quand elle advient mais ne la recherche pas !

Proclamé la nécessité de la souffrance, de la douleur afin de se rapprocher du Christ comme le dolorisme plus tard la fait avec les flagellations, les mortifications est une aberration…

Le message de cette philosophie du Christ

C’est un message d’humanisme bien avant les Lumières !

La liberté de l’homme est primordiale et s’acquiert avec la responsabilisation de l’individu, son autonomie, sa liberté de conscience !

Tout ceci se trouve dans les évangiles.

« Priez dans le secret de son cœur »

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *