Le chevalier de la Barre
Histoire,  XVIII siècle, Les lumières

Le Chevalier de la Barre

Partager cet article :

Le chevalier de la Barre fut victime selon l’histoire officielle de l’intolérance religieuse, de la barbarie sacerdotale. Son crime ? Avoir été irrespectueux pendant la procession du Saint sacrement en refusant de se découvrir, d’avoir profaner le crucifix du pont d’Abbeville ( en Picardie ) et d’avoir déverser des immondices sur une représentation du Christ au cimetière. Seulement voilà …. ce n’est pas l’église qui le mena au supplice mais le Parlement de Paris  ! ( Voir à ce sujet les Jansénistes ) .

L’évêque d’Amiens Louis François Gabriel d’Orléans de la Motte dans une lettre au Roi de France Louis XV plaidera en faveur d’ une peine de prison et non la mise à mort sous la torture de ce jeune homme alors âgé de vingt ans. En vain.

Louis XV refusera d’user de son droit de grâce et ne voudra surtout pas ( ou ne pouvait il pas pour X raison… ? ) s’opposer au parlement. En effet, le Roi avait déjà essayer auparavant d’éviter la torture à Damiens, son régicide mais le parlement de Paris en avait décider autrement….

Le pauvre Chevalier de la Barre sera donc torturé  avec des brodequins puis on lui tranchera la tête.

Voltaire, vous savez le célèbre philosophe des lumières … s’empare de l’affaire du Chevalier de la Barre.

En effet, le jeune homme fréquentait les milieux subversifs, il était athée et possédait dans ses affaires un exemplaire du « Dictionnaire philosophique » de Voltaire. Un ouvrage anticlérical au possible. 

Notre philosophe ( avide de publicité et haineux contre la monarchie et l’église ) en profite donc pour dénoncer l’obscurantisme de l’église ! Oui, de l’église et non des hommes de lois, des juges, c’est à dire des Jansénistes pour la plupart responsables de cette barbarie !

Or, il s’est avéré que toute cette histoire était en fait un règlement de compte entre le Lieutenant de police d’Abbeville Mr Duval et la cousine du chevalier de la Barre. Cette dernière ayant refuser les avances du lieutenant de police est donc la source de la sentence inhumaine prononcé contre ce jeune homme.

Le Chevalier de la Barre devient ainsi au XVIII siècle et pour longtemps, le symbole des victimes de l’intolérance religieuse ou comment manipuler l’histoire et faire avaler des couleuvres au petit peuple….

A noter que ce fut le dernier homme exécuté pour blasphème.

 

 

pdf - Le Chevalier de la Barreprint - Le Chevalier de la Barre
Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *