4578 - L'ARN messager peut modifier l'ADN
Baleine sous caillou

L’ARN messager peut modifier l’ADN

Partager cet article :

L’ARN messager dans certains cas peut modifier l’ADN, c’est à dire se retrouver dans le code génétique. Le biologiste Howard Martin Temin l’a démontré dans ses travaux sur la transcriptase inverse. Il a d’ailleurs obtenu un prix Nobel pour cela en 1975 « allant contre le dogme linéaire et univoque du support de l’information génétique énoncé par Crick et Watson allant de l’ADN vers l’ARN et les protéines, il met en évidence chez certains virus le rôle de l’ARN comme support de l’information génétique et sa possible transcription inverse en ADN, à l’aide d’une enzyme virale spécifique :  la transcriptase inverse. » ( source : Wikipédia )

Il est à savoir que les travaux du biologiste Temin se sont appuyés sur la découverte du biologiste Beljanski : la transcriptase inverse. ( Beljanski a fait également d’autres découvertes sur le cancer qui n’ont pas plu aux autorités sanitaires Françaises de l’époque, ce qui lui a valu des soucis avec la justice … )

Le sérieux et la crédibilité des travaux de Beljanski sont d’autant plus fiables en sachant qu’il a travaillé entre 1956 et 1958 avec le biochimiste Espagnol Severo Ochoa , prix Nobel pour ses recherches concernant la synthèse de l’ARN en 1959.

En effet, Mirko Beljanski , biologiste à l’institut Pasteur a révolutionné la science en remettant en cause les travaux de Jacques Monod sur l’ADN. Il bouleverse ainsi à l’époque le dogme central de la biologie moléculaire en découvrant la transcriptase inverse. Cette enzyme permet à certains virus ( rétrovirus) de fonctionner à l’envers, c’est à dire leur ARN peuvent se transformer en ADN. Ce que prouvera Howard Temin en 1975 ! 

L’ARN messager est donc capable de contrôler le fonctionnement de l’ADN, porteur de gènes ce qui a été nié sur les plateaux télé  !

 

On peut donc conclure, en toute logique, que cette négation de l’information scientifique, de la connaissance actuelle que nous avons sur l’ADN et l’ARN et ce depuis les années 1970, profite aux laboratoires pharmaceutiques et aux vaccins à ARN messager.

Il peut se produire des mutations de gènes, une dérégulation du système immunitaire, une saturation des systèmes des mécanismes physiologiques hépatique et rénaux …

« Nous avons des résultats préliminaires mais cela ne veut pas dire que c’est la fin de la phase 3. Tous les résultats seront acquis pour le 13 juin 2021, et la phase 3 se terminera en décembre 2022. »

Dr Anne Senequier, Co-directrice observatoire de la santé à l’IRIS, extrait de Tourmag.com 11/11/2020. ( concernant le vaccin Biotech/Pfizer )

 

Dans certains pays OU régions de pays les effets indésirables de ces vaccins ARN messager sont graves :

  • Voir en Inde ici   ( vaccin Astrazena ici en cause et vaccin Indien Covacin de Bharat Biotech ) 
  • en Israël ici.et ici
  • En Guyane ici

De plus, le Bio-informaticien Chase Nelson a découvert en octobre 2020 en étudiant le génome du Covid19 qu’il y’avait « un gène caché dans un autre gène » ou « gène de chevauchement« . Ce gène dénommé « ORF3d » pourrait être le responsable de la transmission du Covid19 et du dérèglement des anticorps. C’est ici.

Ce qui signifie encore une fois de plus, que les vaccins actuellement administrés à la population ne servent à rien ( on peut avoir le Covid19, le transmettre …)  puisque nous ne connaissons pas exactement la composition génétique de ce virus ( gène caché).

Mais tout ceci n’empêche pas notre gouvernement de rester serein et de commander pour 2 milliards de dose de vaccin Pfizer pour 2022 et 2023, c’est ici

NB : Les informations de cet article proviennent du documentaire de Jean-Yves Bilien laissant s’exprimer le Dr Tadeusz Nawrocki sur l’ARN et l’ADN. Plus de renseignements sur ce scientifique hors du commun ici

Source :

  • Documentaire de Jean-Yves Bilien avec le Dr Tadeusz Nawrocki ici

 

♣♣♣

pdf - L'ARN messager peut modifier l'ADNprint - L'ARN messager peut modifier l'ADN
Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *