1689 portrait of a young Philippe dOrléans Duke of Chartres Regent of France by Hyacinthe Rigaud - La régence du Duc d'Orléans
Histoire,  XVIII siècle, Les lumières

La régence du Duc d’Orléans

Partager cet article :

La régence de Philippe Duc d’Orléans s’étala de 1715 à 1723, au siècle des Lumières, suite au décès du Roi Louis XIV. Louis XV étant âgé de cinq ans, il ne peut succéder à son  grand-père.

 

Philippe d’Orléans, qui est le neveu et le gendre du Roi, est proclamé par le Parlement de Paris ( dont les magistrats sont en majorité Jansénistes ) à la mort de Louis XIV « régent du royaume de France » durant la minorité de Louis XV qui s’achèvera à l’âge de ses treize ans.

Philippe Duc dOrléans régent de France Santerre - La régence du Duc d'Orléans
Philippe Duc d’Orléans , régent de France – Santerre

Pourtant dans le testament du Roi Louis XIV, était notifié l’attribution de la régence du Royaume au Duc du Maine ( Louis-Auguste De Bourbon) fils illégitime mais légitimé tout de même, du Roi et de sa maîtresse, la Marquise De Montespan.

En contrepartie de la bienveillance à son égard du Parlement de Paris, le Duc d’Orléans rétablie le droit de remontrance.

En effet, Louis XIV l’avait supprimé  car les magistrats refusaient parfois d’enregistrer les lois qui ne leur plaisaient pas !

Or, c’était au Roi et au Conseil du Roi, c’est à dire les ministres de décider de cela … 

Il donnera ainsi au Parlement la possibilité de contester les lois et les lettres patentes émises par le Roi, en un mot, d’affaiblir la monarchie. Cela marquera les prémices de la Révolution Française.

Il est conseillé en ce sens par le Cardinal Dubois, son précepteur et amant de Mme De Tencin ( humaniste des Lumières) qui tenait un salon littéraire & politique très en vue dans la capitale et qui était au courant des dessous de la politique Britannique.

Il ne s’arrête pas là et fait libérer tous les Jansénistes emprisonnés.

Il met également en place la polysynodie, système de gouvernement associant la noblesse aux décisions de l’Etat. En effet, sous Louis XIV la noblesse avait été écarté du pouvoir.

Mais devant l’échec (lenteur, cacophonie…) de ce système, il y met fin en 1718.

Il donne au Parlement de Paris, plus de liberté, de tolérance vis à vis des écrits  Jansénistes et de leurs pratiques religieuses.

Il fait même rentrer au gouvernement un Janséniste, le Cardinal de Noailles.  Ce dernier persécuta les Jésuites en leur interdisant la confession , prédication sur son diocèse et en exigeant pour chaque mourant un billet de confession qui ne pouvait être délivré par un jésuite !

Il s’oppose à l’Espagne et s’allie à l’Angleterre. C’est un très bon officier militaire, vaillant sur le champ de bataille et aimé de ses soldats. 

Il réduit les dépenses de luxe ( à Versailles notamment), il fait réduire les taux d’intérêt de ses prêts (visas) !  Les opérations de visas sont régit par les quatre frères Paris , financiers & banquiers qui se chargent d’épurer, d’effacer les dettes de l’Etat. 

Il crée la chambre de justice qui enquête sur plus de 8 000 financiers entre mars 1716 et mars 1717 mais récupère peu ( 50 millions au lieu de 219 millions). En effet, le Régent avait pour favorite Madame De Parabère qui avait ouvert un guichet de grâce. En fait, elle touchait des honoraires pour intervenir auprès du Régent afin d’étouffer certaines affaires !

Philippe ducdOrléans régent de France avec Madame de Parabère représentée en Minerve Santerre - La régence du Duc d'Orléans
Philippe duc d’Orléans régent de France avec Madame de Parabère représentée en Minerve-Santerre

Il met en place suite aux conseils de John Law, « le système de Law« , système financier basé sur la monnaie-papier ( virtuelle) au lieu de la monnaie métallique ( matérielle et réelle !) et la spéculation (action dans la compagnie des Indes, du Mississippi …) afin de remettre à flots les caisses de l’État. En effet, à la mort de Louis XIV la France était couverte de dettes.

ohn Law Casimir Balthazar mg 8450 796x1024 - La régence du Duc d'Orléans
John Law -Balthazar

Il permit à Law, l’écossais, de fonder une banque privée : La banque Générale.  Mais Law Directeur de la banque, décida d’imprimer trop de papier-monnaie ( la planche à billet) par rapport à la quantité d’or/d’argent disponible en banque. ( plus de 2 milliards de billets !) 

Et ce qui devait arriver, arriva …  les actions chutèrent, et les gens voulurent se débarrasser de la monnaie-papier et récupérer leurs pièces métalliques !

Ce qui n’était plus possible… 

Si beaucoup de personnes devinrent riches avec ce système ( surtout les Princes et les Princesses de sang comme Mme De Tencin, Melle De Charolais … )  d’autres perdirent tout.

La banque fit faillite et John Law s’enfuit très vite de France. 

Estampe satirique sur le fonctionement du systeme de Law et sa banqueroute 1720 - La régence du Duc d'Orléans
Estampe satirique sur le fonctionement du systeme de Law et sa banqueroute 1720

 

Toutefois, à la mort du Duc D’Orléans en 1723 les finances publiques de la France étaient assainies.

 

 

 

Sources :

  • Mourir à l’ombre des Lumières, Marion Sigaut
  • Le tournant de la régence, Marion Sigaut

 

Philippe Duc d’Orléans le libertin

 

Le régent né le 06/08/1674 à St Cloud et décédé le 02/12/1723 à Versailles était un libertin. Il était le fils de Philippe d’Orléans ou Philippe de France ( duc d’Anjou à sa naissance) qui lui même était le fils de Louis XIII et donc le frère de Louis XIV.

Philippe de France Père du régent le Duc DOrléans et frère de Louis XIV Mignard - La régence du Duc d'Orléans
Philippe de France, Père du régent le Duc D’Orléans et frère de Louis XIV- Mignard

Son père donc Philippe de France était  homosexuel & libertin ( voir le chevalier de Lorraine qui sema la zizanie dans le couple que formait son amant avec sa première femme, Henriette d’Angleterre  ) . 

Quant à sa mère la Princesse Palatine ( deuxième femme de son père, la première ayant été  probablement empoisonnée par le Chevalier De Lorraine)  elle attrape évidemment la petite vérole en 1693 ( due aux frasques de son époux) et devient dès lors énorme. Elle est connue pour ses talents d’écriture, sa correspondance qui représente une source d’information truculente sur la vie à cette époque à la cour de France. 

La Princesse Palatine mère du Régent Philippe duc dOrléans Rigaud - La régence du Duc d'Orléans
La Princesse Palatine, mère du Régent Philippe duc d’Orléans – Rigaud

 

Princesse Palatine jeune Peintre inconnu - La régence du Duc d'Orléans
Princesse Palatine jeune – Peintre inconnu

 

Le régent est dans sa jeunesse passionné par l’histoire, la philosophie et les sciences. Par contre il n’aime pas la chasse pourtant très prisée par la noblesse. Il est beau et intelligent et ne tarde pas à fréquenter dans l’adolescence les milieux libertin comme son père .

Il a parmi ses précepteurs l’abbé Dubois qui deviendra le Cardinal Dubois plus tard lors de la période de la régence. Cet abbé originaire du sud-ouest ( Brive la Gaillarde) est  lui aussi un libertin. Cerné de toute part par ce milieu de libertinage, de déliquescence des mœurs, le régent y tombera lui aussi. 

Il avait pour ami d’enfance Saint Simon qui lui n’était pas libertin, ça vaut la peine de le souligner, et qui deviendra son conseiller lors de la régence et à qui il offrira l’hospitalité au château de Meudon. 

Philippe DOrléans Elle 1673 - La régence du Duc d'Orléans
Philippe D’Orléans – Elle 1673

 

Le Roi Louis XIV décide de le marier le 18/02/1692 à une de ses filles adultérines qu’il a eut avec Madame de Montespan : Mademoiselle de Blois ou Françoise-Marie De Bourbon. Ce qui scandalise sa mère et son père. Toutefois le régent obtempère, on ne désobéit pas au Roi.

Françoise Marie De Bourbon femme du Régent Gobert 1700 - La régence du Duc d'Orléans
Françoise-Marie De Bourbon, femme du Régent – Gobert 1700

Mademoiselle de Blois ( ou Duchesse d’Orléans / de Chartres ), fille de la Marquise de Montespan ( affaire des poisons) et du Roi Louis XIV ne fut pas aimée par sa mère qui la trouvait laide. Son mariage avec le régent ne fut pas un mariage heureux. D’ailleurs il la surnommait « Madame Lucifer » !

Huit enfants naquirent de cette union peu harmonieuse :

  • Mademoiselle de Valois
  • Marie-Louise Elisabeth d’Orléans
  • Adélaide d’Orléans, abbesse de Chelles
  • Charlotte Aglaé d’Orléans
  • Louis d’Orléans dit « Le pieux »
  • Louise Elisabeth d’Orléans ou Mademoiselle de Montpensier
  • Philippine Elisabeth d’Orléans
  • Louise d’Orléans, épouse du Prince de Conti

Elle n’est pas une bonne mère et ne s’occupe pas de l’éducation de ses filles. Quant au régent, il est soupçonné d’inceste avec sa fille Marie-Louise Elisabeth D’orléans dite « joufflotte » qui mena elle aussi , comme son père, une vie  de débauches, d’ivrognerie et de gloutonnerie qui la menèrent à sa perte à l’âge de 23 ans.

D’ailleurs Voltaire composera une pièce ( Puero regnante) en vers sur cette rumeur d’inceste qui lui vaudra un emprisonnement à la bastille.

« Enfin, votre esprit est guéri, des craintes du vulgaire, belle duchesse de Berry achevez le mystère. Un nouveau lot vous sert d’époux, mère des Moabites : Puisse bientôt naître de vous, un peuple d’Ammonnites !

Ce n’est point le fils, c’est le père ! c’est la fille et non point la mère, a cela près tout va des mieux. Ils ont déja fait Etéocle, s’il vient à perdre les deux yeux, c’est le vrai sujet de Sophocle. »

Voltaire, Puero regnante

Philippe d’Orléans eut plusieurs maîtresses, mais la favorite en titre était Marie-Madeleine Parabère qui possédait le Château d’Asnieres ou se passait des fêtes de beuveries , d’orgies … 

Marie Madeleine de la Vieiville de Parabère maitresse du régent Rigaud CCBY SA 4.0 - La régence du Duc d'Orléans
Marie Madeleine de la Vieiville de Parabère, maitresse du régent – Rigaud (CCBY-SA 4.0)

La liste de ses maîtresses est longue, en voici ci-dessous quelques unes  :

  • La Grandval, comédienne vers 1690
  • Florence Pellerin, danseuse d’opéra ( naissance en 1698 d’un fils)
  • Marie-Louise Victoire Le Bel ( naissance fils en 1702)
  • Marquise de Flavacourt
  • Comtesse de Sabran ( maîtresse également du duc de Richelieu)
  • La Duclos, comédienne
  • La Marquise de Tencin ( marraine de la futur marquise de Pompadour)
  • Madame de la Rochefaucauld
  • Madame de Mouchy
  • Marquise de Prie
  • Comtesse d’Averne
  • Duchesse de Pharalis ( qui assista à sa mort)
  • La Le Roy, danseuse d’opéra
  • Princesse de Léon
  • La duchesse d’Albret
  • La Maréchale de Villars
  • Françoise de Mazarin
  • Madame Lévesque
  • Madame Houel ( nièce de la Sabran) ….

Une autre de ses passions à part les femmes et « la ripaille » est l’alchimie, comme bon nombre de nobles à cette époque, de philosophes et d’humanistes. En effet, à partir de 1702 il fait construire un laboratoire de chimie au Palais Royal et fait venir d’Allemagne suite au conseil de l’abbé Dubois, Guillaume Homberg , docteur en médecine et surtout alchimiste.

Il est dit également qu’il aurait participé à des messes noires… mais qu’il aurait vite arrêté. D’où la sinistre étiquette qui lui collait à la peau, on le traitait d’empoisonneur.

A la majorité de Louis XV (13 ans), en février 1723 il n’est plus régent mais reste auprès  de Louis XV au gouvernement comme ministre jusqu’à sa mort en décembre de la même année.

 

Philippe Duc dOrléans régent de France et Louis XV Peintre inconnu - La régence du Duc d'Orléans
Philippe Duc d’Orléans , régent de France et Louis XV – Peintre inconnu

 

 

Malgré les recommandations de son médecin Pierre Chirac il continuait à ripailler sans avoir de limites. Son corps lâcha le 02/12/1723.

 

 

Un film « Que la fête commence » de Tavernier de 1975 sur la régence et le début de la déliquescence de la Monarchie est à voir.

 

Sources :

 

♣♣♣

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *