Cagliostro ou Balsamo
Histoire,  XVIII siècle, Les lumières

Cagliostro

Partager cet article :

Cagliostro alias Joseph Balsamo est né à Palerme en Sicile en 1743. Créateur de la maçonnerie Égyptienne en France mais également initié Rose-croix,  il est présenté par certains comme un grand initié, par d’autres comme un chevalier d’industrie, un escroc de haut vol.

Au siècle des lumières, les sociétés secrètes sont à la mode et notre aventurier s’infiltre dans les salons mondains des cours d’Europe et de Russie. Du moins essaye… car cela ne marche pas toujours.

En effet, l’impératrice de Russie Catherine la grande ( celle qui interdira la Franc maçonnerie en 1794 en Russie suite à la révolution Française )  se méfie considérablement de ce mage Franc maçon qui n’a pas bonne réputation et lui fait comprendre qu’il n’est pas le bienvenu en Russie.

Il aura beaucoup plus de chance en France …

Voyageur invétéré par la force des choses car il est souvent dénoncé au bout d’un certain temps par ses bienfaiteurs comme un imposteur, un escroc, un dangereux révolutionnaire, Cagliostro est un personnage mystérieux.

 

 

Portrait of Giuseppe Balsamo called Count Alessandro Cagliostro LACMA 62.18 2 of 2 224x300 - Cagliostro

 

 

Enfance 

 

Il est né dans une famille Sicilienne d’origine noble et a grandi dans l’ancien quartier juif de Palerme, le quartier de l’Albergheria. Ses parents Pietro Balsamo et Felicita Bracconieri sont des commerçants marchand drapiers.

Son père Pietro descend des Balsamo de Messine, famille qui a en son sein plusieurs chevaliers de l’ordre de Malte avec notamment Salvo Balsamo grand prieur de l’ordre de Messine de l’ordre de Malte en 1618.

Sa mère Felicita était issue d’une famille de grande noblesse Sicilienne. Un des frères de la mère donc un oncle de Balsamo, Giusepe Cagliostro de Messine était l’administrateur du prince de Villafranca.

Ainsi, Balsamo lors de l’héritage de son oncle reprit le nom de Cagliostro. ( déclaration de Sartines ministre de la police à Paris en 1771) 

Le grand-père maternel et ses oncles Antonio et Matteo Bracconieri soutiennent financièrement l’éducation de Balsamo avec l’embauche d’un précepteur privé dès son plus jeune âge puis l’enseignement à 10 ans au séminaire de San Rocco.

A 12 ans, en 1756 il entre au séminaire du couvent des frères de la miséricorde, les Fatebenefratelli, ou les frères hospitaliers de Saint Jean de Dieu, un ordre soignant ou il apprend avec un prêtre, le père Albert, les bases de la pharmacopée de l’époque ( plantes, philtres…).

Mais pas que…

Pendant les deux siècles de domination Mauresque en Sicile, les ordres Catholiques avaient eu accès et donc copiés des manuscrits arabes ou l’on trouvaient des secrets de la magie orientale, de l’alchimie, de la Kabbale, de l’astrologie…

C’est donc avec le Père Albert pendant un temps qu’il étudia, s’initia aux sciences occultes.

Balsamo avait déjà une personnalité forte mais dans le mauvais sens du terme c’est ainsi qu’il se fait vite renvoyé du couvent. 

Il était connu à Palerme comme le loup blanc pour ses débauches et ses escroqueries en tout genre.

C’est pour cela que suite à une énième « tromperie » dont l’ orfèvre  Marano fit les frais, qu’ il fut obliger de quitter Palerme pour Messine en 1764 à l’âge de 21 ans.

 

Sources : Dr Marc Haven, le maitre inconnu Cagliostro

 

 

L’Ordre de Malte

 

 

Il se réfugie quelque temps chez son oncle Joseph Cagliostro à Messine qui l’oriente alors vers l’ordre de Malte. Cet ordre comme nous l’avons vu plus haut, ayant déjà accueilli des membres de la famille.

Cet oncle Joseph est certainement le fameux maître Althotas dont parlera Cagliostro par la suite.

Mais avant d’arriver à Malte Cagliostro avec deux de ses compères nous dit qu’il voyagea dans des pays Méditerranéen, notamment à Rhôdes, au Caire en Egypte …

Bref,  c’est en 1765 qu’il arrive à Malte et est admis au sein de l’ordre.

L’ordre de Malte est la continuité de l’ordre des chevaliers hospitaliers crée au XI siècle pour veiller sur la santé des pèlerins se rendant à Jérusalem. Ordre puissant, puisque les Hospitaliers ont récupéré suite au procès des Templiers en 1312, toutes les propriétés de ces derniers.

Quand Balsamo arrive à Malte, il y trouve des citadelles, des églises, des hôpitaux dans les villes fortifiées de Medina et de Valette. Le grand Maître de l’ordre est Don Manoel Pinto de Fonseca, un noble Portugais connu pour être arrogant, aimant un train de vie fastueux et passionné d’ alchimie.

Il s’entend plutôt bien avec ce dernier et travaille avec lui au laboratoire d’alchimie. Au bout de 2 ans, il est fait officiellement chevalier de l’ordre Maltais. ( et rose croix)

Il quitte alors à 25 ans, en 1768 ( fin 1767 précisément) Malte pour un bref séjour à Naples puis arrive à Rome.

 

 

Rencontre de Seraphina

 

 

En 1768, le voici donc à Rome ou il se présente muni de lettre de recommandation au comte de Brettville, l’ambassadeur de l’ordre de Malte auprès du saint siège et aux cardinaux York et Orsini.

C’est ainsi qu’il décrochera  pendant un temps ( peu de temps en fait …) le poste de secrétaire d’Orsini. Il se lie d’amitié avec des Siciliens et rencontre alors chez l’un d’ eux Lorenza Feliciani ou la future comtesse Cagliostro âgée de 14 ans.

Elle est blonde, les yeux bleus et fille de chaudronnier illettré du quartier de Trastevere.

 

Lorenza Feliciani Cagliostro 222x300 - Cagliostro

 

La jeune fille de 14 ans devant la faconde et l’assurance de ce beau parleur de 25 ans, ne résiste pas à sa demande de mariage.

Le mariage est célébré le 20/04/1768 à l’église Santa Maria de Monticelli. Le couple habite alors chez les parents de Lorenza à Vicolo delle cripte. Mais les Feliciani se rendirent vite compte ( à peine quelques jours)  de la roublardise de leur gendre…

Cagliostro avait persuadé Lorenza de changer de prénom pour Seraphina , son deuxième prénom et l’incitait à s’habiller de manière indécente pour ses parents. Le conflit éclata et le couple déménagea.

Il devient alors secrétaire du marquis Agliata qui lui apprend à falsifier les lettres de crédits, les lettres de change, les brevets militaires…

Agliata qui n’est pas indifférent aux charmes de Seraphina  fait comprendre à Cagliostro qu’il à tout à gagner si ce dernier partage sa femme avec lui…

Cagliostro n’hésite pas une seule seconde et Seraphina s’exécute!

C’est ainsi qu’à peine 1 mois après leur mariage, le couple quitte Rome avec Agliata et sa bande de malfrat pour commettre des larcins dans toute l’Italie.

Seraphina est ainsi prostituée, devient une monnaie d’échange pour Cagliostro.

L’affaire tourne court assez vite ( disputes … ) et le couple poursuit ses aventures seul.

 

 

Pélerinage de Saint Jacques de Compostelle

 

 

Cagliostro et son épouse sans le sou décidèrent alors de faire le chemin de Saint Jacques en partant d’Italie. Curieuse idée, certes mais qui permettait d’avoir le gîte et le couvert gratuit et de pouvoir dépouiller de temps à autres de pauvres pèlerins.

Lors du chemin ils firent la rencontre du célèbre séducteur Casanova à Aix qui se laissa lui aussi berner par ces deux zigotos.

Enfin … pas au point d’accepter les avances que lui fit Seraphina et qui lui mit quand même la puce à l’oreille.

Nos deux voyageurs lui avouèrent alors qu’ils étaient des escrocs, des faussaires. Casanova félicita les talents de dessin, de faussaire de Cagliostro qui lui répondit :

« Tout le monde m’en félicite, et tout le monde se trompe. Avec mon talent on crève de faim. Pour un jour de travail à Naples ou à Rome, je ne gagne qu’un demi-testone ! Ce n’est pas de quoi vivre ! » 

 

Ils continuèrent alors leur chemin mais jusqu’à Barcelone et non Compostelle…. ou le couple subsista grâce à de nobles fortunés qui payèrent les services de Seraphina.

S’ensuivit Madrid, Lisbonne au Portugal …

 

 

Portugal

 

 

Anselmo de la cruce était un marchand Portugais très riche qui permit au couple de vivre à Lisbonne ( toujours par la prostitution ) le temps de mettre de l’argent de coté pour partir à Londres.

A Londres, Cagliostro fut jeté au cachot ( escroqueries, dettes ) et fut sauvé encore une fois par l’intermédiaire de sa femme grâce à Lord Hales son amant qui paya toutes ses dettes !

Pour le remercier de ses bienfaits, Cagliostro coucha avec sa plus jeune fille …

De nouveau en fuite, ils arrivèrent le 15/09/1772 à Calais en France.

 

 

L’avocat Duplessis

 

 

Pendant la traversée en bateau pour Calais, le couple fait la connaissance d’un avocat Français Mr Duplessis.

Très vite, Seraphina devient sa maîtresse , en contrepartie il finance un laboratoire d’alchimie pour Cagliostro afin qu’il réalise des expériences  décrites dans un livre du XVI siècle dont il venait de faire l’acquisition « Les secrets admirables » d’Alesio Piemontese.

Mais Duplessis et Seraphina tombe amoureux et ce dernier la pousse à demander le divorce. Ce qu’elle fit fin 1772.

Cagliostro qui ne voulait pas se faire voler « sa poule aux œufs d’or » contre attaqua l’avocat.

Il l’accusa d’avoir voler des recettes magiques, de l’avoir empoisonné et volé sa femme. L’avocat prit peur et abandonna Seraphina...

Pour se venger de Seraphina il la fit enfermer à la prison de Sainte Pélagie ou l’on enfermait les épouses désobéissantes pendant 4 mois !

 

800px Prison Sainte Pelagie Eugene Atget 1898 BNF Gallica - Cagliostro
Prison Sainte Pélagie, rue du puits de l’ermite Paris, 1898 par Atget

 

Ils reprirent ensuite une vie commune et retournèrent en Italie, à Naples en 1774 comme si de rien n’était.

 

 

Malte 1774/1775

 

 

Il fut accueilli par les chevaliers de l’ordre de Malte pendant 5 mois. Ensuite accompagné du chevalier d’Aquino frère du régent de Sicile, il se rendit en France, en Espagne et au Portugal.

C’est à cette époque qu’il se passionna pour Federico Gualdo, un Vénitien du XVI siècle qui disait-on était un magicien immortel  dont il existait un portrait antérieur de plusieurs  siècles.

Mais une autre figure et cette fois contemporaine intéressait également Cagliostro, c’était le comte de Saint Germain qui disait avoir vécut au temps du Christ.

 

Cagliostro s’inspira certainement de ces personnages pour construire sa propre légende.

 

 

 

Angleterre 1776

 

C’est en juillet 1776 qu’ils arrivent en Angleterre et s’installent dans une maison au 4 Whitcomb street près de Leicester square à Londres. Ils se font appeler le comte et la comtesse Pellegrini.

Cagliostro se présente comme appartenant à l’armée du Brandebourg et être un savant occultiste. De nouveaux les problèmes d’escroqueries s’enchaînent.

Il mène grand train,  mais avec quel argent ?

Transforme t-il le plomb en or ou est il subventionné par l’ordre de Malte ?

En tout cas, c’est à Londres qu’il décide de s’affilier à une loge maçonnique, la loge de l’espérance. 

Il fréquente en parallèle les cercles de théosophie de Jacob Bohme, s’intéresse aux idées de Swedenborg qui est un des maîtres de la maçonnerie Anglaise et au mouvement « des illuminés« .

C’est à cette période qu’il tombe sur un ancien manuscrit détaillant les origines Egyptienne de la Franc maçonnerie écrit par Georges Cofton ou Coston. ( on a jamais vu l’original)

C’est ainsi dit-il qu’il apprit dans ce livre que les rites maçonniques contemporains étaient corrompus. Que le fondateur Égyptien de ce rite  avait vécu dans la plus haute antiquité et qu’il s’appelait le grand Copte.

Cagliostro Macon 2 - Cagliostro

Mais comme d’habitude, c’était l’heure de partir,  ça sentait le roussi…

 

Cagliostro Macon 4 - Cagliostro

 

Direction la Hollande.

 

 

Hollande 1777

 

 

Le comte et la comtesse Pellegrini arrivent en Hollande et deviennent membres de la loge de l’égalité parfaite à la Haye.

 

 

Venise  1778

 

Casanova ou Pratolini est stupéfait de revoir ce couple de loqueteux qu’il avait croiser à Aix quelques années auparavant vivant de trafics douteux en tout genre et  qui rayonne maintenant de mille feux de pierreries à Venise. Comment est-ce possible ?

Il apprend que le comte Pellegrini est Franc maçon dans le rite de stricte observance ( templiers et Rose croix ) qu’il déteste.

Lui est au Grand Orient ( initié à Lyon en 1750).

En effet, pour Casanova dans ses récits, il explique que selon lui les loges Templières et  Rose croix participent à un complot criminel visant à renverser l’ordre public.

Apparemment même à l’intérieur des loges le cas Cagliostro divisait …

 

L’Autriche, l’Allemagne en 1778

 

 

Le couple se rend à Innsbruck en Autriche puis en Allemagne à Nuremberg, à Berlin, à Leipzig ou il est très bien accueilli par Frederic II qui était lui même Franc maçon.

 

Mittau en Lettonie 1779

 

En Lettonie à Mittau il est reçu chez le comte Johann Medem von der Recke et le maréchal Otto Von Medem tous les deux dignitaires de hauts rangs maçonniques. A noter qu’à cette période des dissidences à l’intérieur des loges y faisaient rage.

En effet le Dr Johann Starck professeur de philosophie essayait d’imposer une nouvelle variante des rites des templiers.

C’est dans cette ambiance que Cagliostro se prévalent de ses insignes de grand maître et de prince Rose-croix du rite de stricte observance annonce qu’il est chargé par « des supérieurs inconnus » dont « le grand Copte » de réformer le rite dans les loges de l’Europe Orientale.

Les maçons lui demandèrent alors de prouver ses dires. Ce qu’il fit de bonne grâce en transmutant du mercure en argent. Mais ce n’était pas suffisant , il lui demandèrent alors d’évoquer les esprits célestes.

Pour ce faire il avait besoin d’un enfant de moins de 6 ans comme medium, et c’est le fils du maréchal qui se prêta à l’expérience.

Ce fut pour eux une réussite !

A la suite de cela, une loge d’adoption ( ouverte aux femmes ) au rite Égyptien originel fut crée le 29 mars 1779 sous la présidence de Seraphina.

Selon ce mage :

« la maçonnerie Égyptienne devait être ouverte à tous les peuples religieux, être accueillante même aux juifs et aux Mahométans, du moment que ceux ci croyaient en un être suprême et à l’immortalité de l’âme. »

 

Cette maçonnerie combinait :

  • la magie cabalistique des hébreux
  • la magie astronomique de l’islam
  • la doctrine Chrétienne des anciens & nouveau testament

Cette loge dénommée «  »les 3 sœurs couronnées » acceptait pour la première fois en Europe Orientale les membres féminins . Les membres féminins et masculins de la famille Von Medem ainsi que le comte Otto Von Howen ( gouverneur de Mittau ) , le major Von Korff …. y furent admis.

Ces messieurs trop heureux d’avoir un véritable alchimiste sous le coude pour leur apprendre à transmuter le plomb en or étaient aux anges …

Malheureusement, le filou leur raconta une de ces histoires dont il avait le secret : il connaissait un endroit ou était caché un trésor et des grimoires magiques !

Et avril, tout ce petit monde parti en expédition. Seraphina comme a son habitude séduisit un homme riche et important de la troupe, le comte Otto von Howen.

Une fois arriver sur les lieux, ils creusèrent partout mais en vain…

Il leur expliqua alors qu’il fallait qu’il invoque les esprits et lutte avec des forces démoniaques qui protègent le trésor.

Puis, ensuite ……… que le trésor ne serait accessible que lorsqu’il aurait lui, Cagliostro monter en grade dans le rite Égyptien.

Il fallait donc encore attendre…

Une seule personne de la troupe de ces disciples eut un doute à cette période sur le mage et ses enseignements : Elisa Von der Recke.

 

C’est grâce à elle ( dont les membres de sa famille sont Franc maçon et elle même initiée ) et à quelques autres que Cagliostro sera démasqué plus tard .

En attendant, le couple file encore une fois de plus ….

 

463px 1784 Darbes Elisa von der Recke anagoria - Cagliostro
Élisa Von der Recke

 

 

Saint Petersbourg juin 1779

 

 

Le couple infernal se présenta chez le major Henri Heyking de la garde impériale qui était un franc maçon initié à la grande loge de Berlin, avec une lettre de recommandation du comte Otto Von Howen ( amant de Seraphina).

Cagliostro expliqua qu’il était venu voir « Catherine la grande dans le but de répandre la grande lumière en Orient, c’est à dire de réformer la maçonnerie et de la faire progresser ».

 

800px Catherine II by J.B.Lampi 1780s Kunsthistorisches Museum - Cagliostro
Catherine II de Russie

 

Henri Heyking ne sembla guère impressionné par cet initié. En vérité, sa réputation de voleur et d’escroc l’avait précédé… On le soupçonnait même d’être un espion à la solde de la Prusse.

Et si Catherine II n’avait pas encore interdit la Franc maçonnerie en Russie, elle se méfiait des mystiques et du surnaturel. Elle confia à Melchior Grimm, son conseiller littéraire :

 

« Cagliostro avait bien choisi son moment car plusieurs loges maçonniques désiraient voir des esprits à l’époque de sa venue ».

 

Tant pis, Catherine II ne voulait pas le voir mais il rencontra quand même des maçons du grand Orient comme le Général Melissino, le comte Alexandre Stroganov, le chevalier de Corberon

Il soigna gratuitement des malades. On parlait alors beaucoup de lui dans les rues de Saint Petersbourg.

Il s’attira même les foudres du médecin personnel de Catherine II, John Roggerson qu’il humilia en réussissant à soigner un de ces malades !

Cagliostro était adulé par la noblesse Franc maçonne Russe et commençait à avoir une aura de chaman. Il exerçait GRATUITEMENT dans une clinique aménagée dans un hôtel aristocratique de la ville. ( avec l’aide de ses nombreux appuis Franc maçon )

Pire, le prince Potemkine en personne, ancien amant de Catherine, son conseiller, son ami fidèle s’était lui aussi laissé séduire par ce magicien ! Mais également par la sulfureuse Seraphina….

Catherine II contre-attaqua le 24/01/1780 avec l’annonce dans le journal du gouvernement « Les nouvelles de Saint Petersbourg » d’une œuvre satirique contre Cagliostro. 

« Le secret de la société anti absurde » était le titre d’un pamphlet virulent antimaçonnique « présenté comme un jeu pour enfants attardés dont les rites ridicules et puérils étaient empruntés à des contes de nourrice ». Catherine II elle même en était l’auteur…

Dans ce texte, l’on y trouvait l’affirmation que les maçons Russes envoyaient de l’argent à l’étranger et SURTOUT qu’ils étaient payés par l’étranger…. A des fins de déstabilisation de la Russie ?

Signe de haute trahison pour Catherine II, les maçons comprirent que Catherine ne plaisantait pas et conseillèrent à Cagliostro & Seraphina de quitter la Russie le plus vite possible !

Ce qu’ils firent rapidement puisqu’en avril 1780, munis toujours de lettre de recommandation de haut dignitaire Franc maçon Russe il partirent pour la Pologne.

 

Pologne 1780

 

 

Le Roi de Pologne Stanislas II leur fit un excellent accueil, pour cause, il s’était affilié en 1777 à une loge Franc maçonne de stricte Observance.

Seraphina était appréciée… par les nobles Polonais dont le Roi.

Cagliostro ouvrit une clinique de soins à Varsovie et le couple logea chez le Prince Adam Ponanski, l’un des fondateurs de la loge de stricte Observance  « Charles aux trois barriques » auquel le Roi appartenait également.

Il créa rapidement une loge de rite Égyptien à Varsovie et le Prince Ponanski mit à sa disposition un laboratoire d’alchimie dans sa maison de Wola ainsi qu’un assistant compétent : le comte Mosna-Moczynski.

Or cet assistant se méfiait de Cagliostro. Et il arriva à prouver lors d’expériences de transmutation au Prince Ponanski et à ses amis que cet alchimiste aidé de sa femme était des imposteurs.

Le couple retourna à Varsovie en juin 1780 mais le Roi Stanislas II leur fit interdire  la cour et les invita à quitter le pays.

Ce qu’ils firent…

 

 

Strasbourg, Francfort fin 1780

 

 

A Francfort en Allemagne il rencontra deux dignitaires Franc maçons haut placés du rite de stricte observance qui étaient également des membres des « illuminés de Bavière ».

Les illuminés de Bavière était une organisation républicaine ou … société secrète qui se proposait de renverser la religion et la monarchie.

Véritable société de conspirateurs elle a été fondée en 1776 par Adam Weishaupt, un ex-jésuite professeur de droit à l’université d’Ingolstadt.

Le recrutement de ses membres se faisait au sein de la Franc maçonnerie, surtout du rite de stricte observance ( Templier & Rose-croix).

Cagliostro devient l’un de ses membres qui selon lui comprenait 12 signatures.

 

France, Strasbourg & Paris en 1780/1786

 

C’est à Strasbourg capitale à l’époque du mysticisme et l’un des centres de la Franc maçonnerie Européenne, qu’il fait la connaissance du cardinal de Rohan, le Prince évêque de Strasbourg, un libertin, un joueur effréné et féru d’ésotérisme qui avait été ambassadeur de France à Vienne en Autriche. Ambitieux il rêvait de se rapprocher du Roi Louis XVI mais la Reine Marie-Antoinette ne l’aimait pas et l’avait écarté de la cour de France.

Le Cardinal De Rohan, premier personnage de Strasbourg prend ainsi sous sa coupe ce mage.

Louis Rene Edouard de Rohan Guemene 1 - Cagliostro
Cardinal de Rohan

 

C’est ainsi que Cagliostro mène avec sa femme grand train sans que l’on sache exactement d’où provient sa richesse…

Certes il soigne à tour de bras les nobles et les puissants, sa femme Séraphina continue de jouer de ses charmes mais quand même, tout ce luxe …

La faculté de médecine ne voit pas d’un bon œil ce médecin-chaman d’autant plus qu’il à son actif des guérisons miraculeuses.

Mais pour l’instant elle se tait … Le Cardinal de Rohan est puissant.  

C’est à cette époque que la Comtesse de Boulainvilliers présente à Rohan et à Cagliostro Jeanne De Valois ( descendante d’un bâtard du Roi Henri II ). Elle devient la maitresse du Cardinal.

C’est dans ce contexte qu’apparait l’affaire du collier de la reine.

Pour résumé l’histoire officielle hein … ? , Jeanne de Valois persuade le Cardinal de Rohan que Marie Antoinette, la Reine de France est amoureuse de lui. La Reine désire acheter un collier de diamants mais elle a besoin d’un prêt ( le Cardinal ) , ce dernier achète alors a deux joailliers le collier pour la somme d’un million six cent mille livres en aout 1784 !

Jeanne va pousser le vice a écrire de fausses lettres destinées au Cardinal et signées Marie-Antoinette. Il n’y voit que du feu … 

 

 

 

Quelle est la place dans cette histoire de Cagliostro me dirait vous ? ( vous avez remarqué que dans la vidéo ci-dessus pas une seul fois le nom de Cagliostro est prononcé, pourtant il fait bien parti du procès ! )

Et bien, d’après Jeanne de Valois c’est Cagliostro la tête pensante de toute cette manigance.

Elle aussi aurait été manipulée par cet imposteur pour détruire la Reine et la monarchie.

 

Pour revenir à notre mage, début février 1785, Cagliostro se rend à Paris pour assister à un congrès international de la Franc Maçonnerie , il emménage alors rue St Claude et fonde une loge Égyptienne  le 07/08/1785 rue verte, « la loge d’Isis ».

La princesse de Guéméné, nièce du Cardinal est une des premières personnalités Parisiennes a y adhérer. Mais il y aussi le Prince de Montmorency, le Duc d’Orléans ( grand maitre de la maçonnerie Française et membre de la famille royale ), Mme De Flammerans qui part l’intermédiaire de son oncle, l’évêque de Bruges sollicite le Pape pour qu’l reconnaisse le rite Égyptien de Cagliostro … !

Des divergences entre les loges font alors ragent et Cagliostro défend bec et ongle sa maçonnerie de rite Égyptien. Il est le Grand Copte et sa maçonnerie doit primer sur toutes les autres ! Les autres rites peuvent jeter leurs archives au poubelles et se fondent avec le sien.

Cette arrogance commence à déplaire à certains maçons…

Il vit alors encore largement au dessus de ses moyens afin d’éblouir les riches Parisiens.

Encore une fois , d’où vient cet argent ? Alchimie ? Prostitution ? Mécènes ? Banquiers ?

Des journaux Parisiens dénonçaient à cette époque le couple Cagliostro comme étant l’investigateur d’orgies maçonniques. Les gens du beau monde affluaient lors de ces réceptions… ( pamphlet attribué au valet de Cagliostro ) 

Que de mystère autour de ce Cagliostro …

Bref, cette arnaque du collier est démasquée et c’est en Aout 1785, que le Cardinal de Rohan est embastillé ainsi que Jeanne De Valois et Cagliostro.

 

Le 31/05/1786  au Palais de justice de Paris, les trois compères sont jugés, et seule Jeanne De Valois est accusée, le Cardinal De Rohan et Cagliostro sont acquittés !

Selon l’abbé Georgel, un jésuite et secrétaire du Cardinal De Rohan pendant 20 ans :

« Je ne sais, écrit Georgel avec amertume, quel est le monstre de malfaisance, le parfait ennemi du genre humain qui a vomi sur nos rivages cet éblouissant génie du charlatanisme, ce nouvel apôtre d’une religion universelle dont le pouvoir sur ses prosélytes était despotique et qui les subjuguait à volonté. Rohan était de ceux que Cagliostro à sut entrainer sur les sentiers de l’occulte et du surnaturel. »

 

Le lendemain du procès , un messager royal communiqua à Cagliostro un décret le priant de quitter sous 3 semaines Paris et la France. Le 16/06/1786, le couple embarque à Boulogne en direction de Douvres en Angleterre.

Jeanne De Valois elle fut marquée au fer rouge, un V sur sa poitrine et faite prisonnière à la prison de la Salpetrière. Elle s’enfuit de cette prison ( avec l’aide de ? ) en juin 1787 pour Londres ou elle publia des mémoires salissant encore la réputation de la Reine Marie-Antoinette.

Le Cardinal De Rohan est exilé en Auvergne.

Le mal est fait, la monarchie ne s’en remettra pas …

 

 

Angleterre, 1786

 

 

Vers le 20/06/1786, le couple est à Londres. Cagliostro est bien accueilli par les fils du souverain, Georges Prince de Galles, Edward Duc de Kent, William Duc de Cloucester tous 3 Franc maçons.

Fidèle à lui même, ne doutant de rien, à peine poser le pied en Angleterre il porte plainte contre le Gouverneur de la Bastille De Launay et le chef de la police Mr Chesnon !

En effet, ils ne lui ont pas rendu ses élixirs et ses formules de remèdes… Il réclame des dommages et intérêts pour le préjudice subit.

 Il écrit même une lettre « Lettre du comte Cagliostro au peuple Français » qui fut publiée en Angleterre & en France , un véritable brûlot contre la monarchie et ou l’on s’aperçoit qu’il est d’ une prescience étonnante de ce qui adviendra de la politique de ce pays quelques années plus tard …

 

« Il est digne de vos parlements de travailler à cette heureuse révolution…Oui, mon ami il régnera sur vous un prince qui mettra sa gloire à l’abolition des lettres de cachet, à la convocation des États généraux et surtout au rétablissement de la vraie religion. »

 

Ce qui n’empêcha pas Le Prince de Galles Georges de demander à son ami le Duc d’Orléans ( intriguant à la cour de France ) de prendre contact avec le grand Copte pour parler maçonnerie…

Samuel Swinton, l’un des plus gros propriétaires de journaux loua à Cagliostro une magnifique maison. 

Cagliostro par l’entremise de Swinton fit la connaissance  du journaliste Theveneau De Morande, un Français, rédacteur en chef du courrier de l’Europe. Ce journaliste était de la même espèce que Cagliostro. Ancien proxénète, escroc il avait fait lui aussi un séjour à la Bastille puis avait immigré pour Londres. Il était connu pour sa plume impitoyable et son réseau d’informateurs qui pouvait anéantir n’importe qui…

Voltaire en fit les frais mais également le Duc de Lauraguais, le chevalier d’Éon il fit même chanter le Roi Louis XV avec la menace de publier « Les mémoires secrets d’une fille publique » une biographie de la maitresse du Roi la « Du Barry » ! C’est Beaumarchais qui fut chargé de négocier l’affaire. ( 32 000 livres et une rente viagère de 4 000 livres)

Mais, De Morande travaillait également maintenant sous Louis XVI pour les services de police Français. Et il passa à l’attaque quand  il publia le 22/08/1786 un article qui qualifiait Cagliostro d’imposteur.

Par la suite, il réunit des témoignages de personnes qui avaient été berné par lui :

  • Article d’Elisa Von der Recke à Berlin
  • Le comte Moczynski avec son pamphlet Cagliostro démasqué à Varsovie …

De Morande voulait saper la réputation de Cagliostro et l’empêcher de mettre la main mise sur la Franc maçonnerie Londonienne ( le mage voulait imposer son rite Egyptien et devenir le grand maitre ). 

 

A la longue, les soutiens de Cagliostro se désistèrent, et encore une fois il fallait fuir …

 

Suisse en 1787

 

 

A bâle ils sont logés chez Jacques Sarazin un banquier. Mais la sale réputation du mage commence à se faire connaître dans toute l’Europe.

Elisa Von der Recke avec son « Rapport sur le fameux C à Mittau en 1779« , mais aussi « le shaman de Sibérie » de Catherine II de Russie qui est remontée comme un coucou contre Cagliostro et sa franc maçonnerie Egyptienne détruise la crédibilité du mage .

Catherine II écrit d’ailleurs à ce sujet à l’un de ses conseillers :

« Il m’est venu à l’esprit de profiter de la première occasion d’adresser un manifeste à mon peuple pour le mettre en garde contre la séduction d’une invention étrangère, les loges maçonniques… Elles tendent à détruire l’orthodoxie chrétienne et tout gouvernement à la place duquel elles font naitre le désordre sous la forme d’une prétendue égalité qui n’existe pas dans la nature. En même temps elles fomentent tous les crimes contre les lois humaines et divines du monde civilisé, renouvelant les cérémonies païennes des évocations des esprits, la recherche de l’or. »  

Il doit fuir plus au sud …

 

Italie été 1788

 

 

Ils passent à Turin, Milan, Gênes, Verone mais à chaque fois au bout d’un certain temps le gouverneur de la ville se présente avec un mandat d’expulsion obtenu par les Bourbons ou des médecins.

Mais Seraphina, lasse fatiguée de cette vie, désire aller à Rome, voir sa famille. Le couple arrive donc à Rome le 27/05/1789.

Seraphina se rapproche alors de l’église catholique et de ses parents.

Pendant ce temps Cagliostro  n’arrive pas a avoir un entretien avec le pape ( pour lui parler de son rite Egyptien afin de le faire reconnaître par l’Eglise ! ) il déprime.

Seraphina qui est loin d’être une oie blanche, décide alors de trahir Cagliostro. Elle le fait espionner par Francesca Mazzoni sa femme de chambre et Gaetano Bossi, son coiffeur.

Elle voulait le faire condamner comme blasphémateur et ainsi pouvoir refaire sa vie, se remarier.

Pour mettre en fureur Cagliostro, elle se mit à prier la vierge Marie, à fréquenter les églises et les prêtres …

Le 23 novembre Seraphina  fait des révélations au curé Don Giuseppe Tosi, ou elle dénonce son mari pour propos blasphématoire envers l’église et appartenance à la franc maçonnerie.

A cette déposition contre son mari, s’ajoute celle de son père et de deux anciens Franc maçons.

Le secrétaire d’Etat au Vatican, le cardinal Zelada en référa au Pape Pie VI qui jugea l’affaire relativement grave et donna l’ordre d’arrêter le comte de Cagliostro et de le conduire au Château Saint Ange.

 

 

Cagliostro au château Saint Ange

 

 

Dans cette prison, on l’enchaine car on craint qu’il ne se suicide. Il ne peut croire que sa femme l’ait trahi. Il nie toute implication dans la Franc maçonnerie et clame pour sa défense que son rite Egyptien est un mouvement catholique Romain !

Seraphina dans ses déclarations l’accuse de :

  • Tourné en dérision la religion catholique, d’être Franc maçon
  • Pratiqué la magie noire
  • De collectionner des pamphlets contre le Roi et la Reine de France
  • D’être un imposteur, un escroc, un maquereau
  • D’être un coureur de jupons
  • Qu’il était un membre des illuminés de Bavière et se réjouissait de la révolution Française
  • Qu’il était subventionné par de riches banquiers de Suisse, de Hollande et de France …

 

Monseigneur Barbieri, l’inquisiteur Romain qui a interrogé Cagliostro pendant de long mois, (15 mois en tout) au château Saint Ange à Rome nous dit  :

« Qui aurait pu imaginer qu’un homme comme celui que nous avons décrit soit accueilli avec les plus grands honneurs dans quelques unes de villes les plus civilisés de l’Europe ? Qu’on est pu voir en lui une étoile céleste apparue pour guider la race humaine, qu’on l’ait considéré comme un nouveau prophète, comme le représentant de la divinité ? Que les plus hautains personnages se soient abaissés à lui faire la cour, que des nobles lui aient témoigné leur plus profonde vénération ? »

 

 

En 1833 Thomas Carlyle un historien écossais s’est demandé lui aussi comment un homme dépourvu de prestance de charme et d’intelligence avait pu avoir de tel succès. Pour lui, la réponse est claire :

 

« Le XVIII siècle n’est pas l’âge de la raison et des lumières comme on le prétend généralement mais l’âge de l’imposture et de la superstition. »

 

Le 07/04/1791 en présence du pape Pie VI, Cagliostro, le plus dangereux prisonnier de l’Europe est condamné à la prison à perpétuité dans l’enceinte de la forteresse de San Léo.

Mais Cagliostro comme nous l’avons vu plus haut a des amis puissants et le 29/06/1791, Doria l’homme chargé de le surveiller reçoit une lettre de Zelada le secrétaire d’Etat qui l’informe qu’un espion lui a apprit que Cagliostro recevait des visites de hauts personnages de Rimini … 

Etait ce des sympathisants de la Révolution Française ? Des Francs maçons ?

Il y avait même des rumeurs qui circulaient concernant l’élaboration d’un plan de sauvetage de Cagliostro par une montgolfière …

On changea donc la cellule du mage. Il était désormais transféré dans une cellule située dans les profondeurs du château.

Il s’éteignit le 26/08/1795.

Séraphina quand à elle ne fut pas libre comme elle l’espérait mais fut enfermée au couvent de Santa Apolinia ou elle y devient folle.

 

Si Cagliostro put être démasqué comme un imposteur et un instigateur de la révolution Française c’est grâce à Elisa Von der Recke l’ancienne disciple de ce dernier et franc maçonne qui ne ménagea pas ses efforts pour le dénoncer ainsi qu’à Catherine II de Russie qui mena elle aussi une véritable campagne contre Cagliostro.

Un autre personnage accusa également Cagliostro (membre des illuminés de Bavière et Franc maçon), l’Abbé Augustin Barruel, un prêtre jésuite catholique qui réussit à s’enfuir à Londres pendant la révolution Française .

C’est dans « Mémoires de l’histoire du jacobinisme » parue en 1797 qu’il développe la thèse d’une révolution anti-chrétienne fomentée par les philosophes des lumières, les Francs maçons et certains protestants.

Pour lui l’origine remonte à la dissolution de l’ordre du temple en 1312 ( arrestation en 1307 des templiers ) avec les survivants de l’ordre qui aurait fondé en Ecosse une branche clandestine qui aurait pour but  de se venger de l’Église et de la monarchie Française. C’est par l’intermédiaire de sociétés secrètes, d’ordre de chevalerie multiples que ce mouvement aurait pu perdurer au fil des siècles et arriver dans les salons des philosophes Français, des Frans maçons.

Cagliostro aurait été un des héritiers de cette mission.

La série Française de 1973 tirée du roman d’Alexandre Dumas « Balsamo » reprend l’idée d’une conspiration des illuminés de Bavière contre la monarchie et l’église.

 

 

Sources : 

  • Cagliostro ou le dernier alchimiste, Iain McCalman historien Australien spécialiste du XVIII siècle

Pour aller plus loin :

  • Elisa von der Recke, Mein journal
  • Marc Haven, le maitre inconnu
  • Monseigneur Barberi, la vie de Joseph Balsamo
  • Abbé Georgel, Mémoires pour servir à l’histoire des événements de la fin du XVIII siècle

 

♣♣♣

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *