Bernard de Clairvaux Moine cistercien
Histoire,  Moyen-âge XII siècle

Bernard de Clairvaux

Partager cet article :

Bernard de Clairvaux est un Moine cistercien né en 1090 (date de la première croisade) au château de Fontaine-les-Dijon en Bourgogne. Il est le fils du Seigneur de Fontaine, le chevalier Tescelin le Roux et d’Arlette de Montbard qui a pour frère André de Montbard ( qui sera le 5ème maître de l’ordre du temple). Le couple aura 7 enfants.

Il fait ses études à Châtillon chez les Bénédictins. Les Bénédictins étaient à l’époque un ordre religieux très ouvert sur le monde. En conséquence, ils étudiaient des auteurs religieux ET profanes. ( de nombreux livres d’ailleurs ont pu être sauvés par eux ) Mais cet ordre qui dirige la chrétienté, se relâche peu à peu spirituellement au cours des siècles…

ob 8bf049 bernhard von clairvaux initiale b 1 - Bernard de Clairvaux

ernard réagit et s’indigne de cet abaissement des exigences spirituelles ( luxe outrancier….). La règle de Saint Benoît au sein de la communauté se délite progressivement malgré plusieurs tentatives de reforme avec notamment celle de l’abbé de Cluny au X siècle. C’est ainsi, qu’il quitte cet ordre en 1112 pour suivre Robert de Molesme fondateur en 1098 de l‘Ordre de Citeaux. Il emmène avec lui ses 4 frères ( Guy, Gérard, André et Barthélémy) , son oncle André de Montbard et ses amis.

Les cisterciens ont une observance de la règle de Saint Benoit beaucoup plus sévère que leurs collègues les Bénédictins. Leur renoncement est total ( pauvreté, humilité, charité,chasteté, ascétisme, rigueur liturgique, glorification du travail manuel…). Au niveau architectural cela se caractérise par un dépouillement, une sobriété du décor religieux.

En 1115, l’abbé de Citeaux, Étienne Harding promulgue Bernard abbé des trois Fontaines en Champagne. Bernard fonde alors l’abbaye de Clairvaux. Par son charisme, son éloquence , sa pugnacité il va développer et faire rayonner l’Ordre Cistercien dans toute l’Europe Chrétienne.

L’abbaye de Clairvaux

Sa puissance et son autorité est telle qu’il conseille le Roi de France Louis VI qui ne règne à cette époque que sur l’île de France. Il participe au changement de la société en conseillant les puissants notamment l’Empereur d’Allemagne Lothaire II. Il devient après quelques désaccords l’ami de Suger, moine Bénédictin , ministre du Roi Louis VI puis de Louis VII . Tous les deux orienteront la politique Française à cette époque.

Tout en faisant partie de cette noblesse féodale, Bernard de Clairvaux est ravie de participer à sa réforme. Il se dresse contre la débauche des évêques, la déliquescence des mœurs( comme le fera au XV siècle Savonarole) la violence de certains Seigneurs et chevaliers… La société change, évolue, les corporations apparaissent avec le développement des villes, des chantiers de construction de cathédrales sont lancés, l’Art Gothique apparaît …

En 1118 un nouvel Ordre de chevalerie voit le jour : L’Ordre du Temple. Nouvel ordre, car il en existait déjà un depuis 1080 et dénommé l’ordre des Hospitaliers ou chevaliers de Saint Jean de Jérusalem . Ces deux ordres seront souvent rivaux au cours des siècles …

bernard enluminure de jean fouquet musee condé chantilly - Bernard de Clairvaux
Bernard de Clairvaux – Enluminure de Jean Fouquet

En Italie, les papes se succèdent et sont controversés. Un anti-pape est nommé Anaclet II en opposition au pape légitime Innocent II. Le Roi de France Louis VI demande conseil entre autre à Bernard qui lui recommande d’opter pour Innocent II. Le roi suivra son avis.

Par la suite, en 1128 Bernard se mêle des affaires de l’Ordre du Temple en inspirant le Concile de Troyes et rédige lui même les statuts de cet Ordre de chevalerie ! D’ailleurs selon certains, il serait même le fondateur de cet ordre…

Il luttera de toutes ses forces contre les idées dites hérétiques d’ Abélard ( querelle des universaux ), et contre les idées de Gilbert de Porée.

En 1146, le 31 mars il prêche sur la colline de Vézelay (lieu de nombreux miracles et qui logeait les reliques de Marie-Madeleine) avec succès et exalte l’enthousiasme du peuple pour partir en deuxième croisade suite à la chute d’Edesse et ce, contre l’avis de Suger conseiller et ministre du Roi Louis VII.

Cette ferveur du peuple nourrie par la foi Chrétienne, l’ était également et surtout par la promesse de Bernard de Clairvaux que tous les hommes participant à cette croisade seraient absous de leurs pêchés … !

Mais Bernard voit peut-être ici un moyen simple et efficace de se débarrasser de l’ancien système féodal en envoyant au loin les Seigneurs en croisade, ayant ainsi tout loisir d’organiser une nouvelle Société plus conforme à la vie Chrétienne. Bernard est fin stratège. Il parcourt l’Europe, conseille les puissants, fonde des monastères cisterciens, défend les pauvres et est un intime de l’ordre du Temple …

Il arrive même à convaincre Conrad III d’Allemagne de participer à cette croisade. Ainsi au sein des rangs des croisés se mélange des chevaliers Français, Allemands et d’autres nationalités.

Les croisades sont un véritable bain de sang…

En effet, sont enrôlés dans les troupes militaires, auprès des Templiers, des brigands de toutes nationalités, des hommes sans foi ni loi qui pillent, massacrent, violent femmes et enfants et ce en terre étrangère mais aussi Française ! Les villages Français qui sont traversés par ces troupes se rebellent et prennent les armes contre les croisés ! Le Roi de France Louis VII et Conrad III n’y peuvent rien…

D’ailleurs, le Roi de France lui même ne montre pas vraiment l’exemple lors de la deuxième croisade. Il juge bon d’ emmener sa femme, la Reine Aliénor d’Aquitaine avec lui en croisade accompagnée de valets, de musiciens, de jongleurs, de comédiens, de dames de compagnies, pour la divertir ! Des Seigneurs font de même avec leurs compagnes… L’esprit de pèlerinage n’était pas vraiment présent !

Les débordements sont nombreux et intolérables à la prise de Jérusalem le 15 juillet 1099 et à Constantinople le 13 avril 1204. A tel point que le Pape Innocent III s’écriera :

« Ces défenseurs du Christ, qui ne devraient tourner leurs glaives que contre les infidèles, se sont baignés dans le sang Chrétien. Ils n’ont épargné ni la religion, ni l’âge, ni le sexe. Ils ont commis à ciel ouvert adultères, fornications, incestes…On les a vus violer des sanctuaires, emporter croix et icônes, croix et reliques… »

ob 189758 4192 1427355135 im2 saint bernard fond - Bernard de Clairvaux
Saint Bernard de Clairvaux et maquette de la représentation de l’église par J. Philippot

Bref, le manque d’organisation, de cohésion des troupes, de discipline et de Foi Chrétienne feront de cette deuxième croisade un échec total, un véritable fiasco pour l’Europe Chrétienne mais également pour la France et pour Bernard de Clairvaux qui y perdra en crédibilité.



Son caractère

Physiquement, Bernard de Clairvaux était blond avec une barbe rousse ( comme son père), de taille moyenne mais mince car il mangeait peu.

L’on sait d’après les écrits qu’il était de santé fragile (maux d’estomac), qu’il aimait les études et était contemplatif. Il voyageait beaucoup, parcourant l’Europe, visitant les puissants et interférant quelquefois dans des histoires d’Etat. Il était très bon orateur, très bon stratège et volontaire. Le portrait est jusqu’ici flatteur mais il est à nuancé car il était également intolérant et intransigeant. Intraitable lorsque sa vision de la foi Chrétienne était mise en cause notamment avec les Bénédictins , Abélard et Gilbert de Porée.

C’est lui qui a instauré le culte marial, le culte de la vierge Marie. Avant cela les Chrétiens priaient Jésus ou Dieu, le culte de Marie était discret, peu propagé. Ce culte religieux féminin se retrouve dans les anciennes civilisations avec la déesse mère, notamment dans le culte druidique. ( mais également en Egypte avec Isis, principe féminin ) Le culte de la vierge devient désormais populaire et on la trouve représentée au sein ou au fronton des cathédrales, dans les églises, dans les niches de maison afin de porter bonheur.

On la vénère, on la prie, on la supplie… Marie n’est elle pas l’anagramme du verbe AIMER ? ( Ronsard)

Les cathédrales gothiques qui surgiront de terre au XII et XIII siècle auront pour vocable « Notre Dame » et seront l’oeuvre de « compagnon » connaissant l’architecture sacrée, la science hermétique des nombres, et l’Art sacré du vitrail. D’ailleurs, qui étaient-ils ces artisans ? D’où venaient ils ? D’où venait leur savoir architecturale qui tranchait singulièrement avec l’Art Roman ? Que d’interrogations lorsque l’on admire la beauté et la grâce de « Notre Dame de Paris », de « Notre Dame de Chartres », de « Notre Dame d’Amiens » et de tant d’autres édifices de cette époque.

Ce culte du principe féminin continuera également avec les troubadours, l’amour courtois.

Bernard de Clairvaux était et est toujours … un personnage singulier, complexe à saisir. Il était Chrétien mais priait étant petit une vierge noire en l’église de Châtillon sur Seine ( antique culte druidique) et parlait parfois comme un druide.

« Ce que je sais des sciences sacrées et des saintes écritures, je l’ai appris dans les bois et dans les champs; je n’ai d’autres maîtres que les hêtres et les chênes. »



La légende ou le miracle de la lactation de la vierge

Tout jeune vers dix ans dit-on , il vénérait à l’église Saint-Vorles de Chatillon-sur Seine une vierge noire, témoignage d’un ancien culte druidique « la virgini pariturae » ( la vierge qui va enfanter), tenant sur ses genoux Jésus. Pendant une prière faite à la vierge, Bernard aurait reçu de cette dernière 3 gouttes de lait… Belle métaphore pour symboliser la connaissance druidique qui nourrie Bernard.

Les vierges noires existaient en Gaule avant le Christianisme et étaient vénérées par les Gaulois. ( vierge noire ds la crypte de la cathédrale de Chartres, haut lieu spirituel druidique)

Le Christianisme et notamment les Bénédictins, s’est appuyé sur ces lieux hautement spirituel et énergétique (courant tellurique & cosmique) pour bâtir sur leurs emplacement des cathédrales, des églises. Voir à ce sujet le livre de Bonvin Jacques et de Paul Trilloux Eglise romane lieu d’énergie.

A noter que sur toutes les peintures représentant la vierge donnant son lait à Saint Bernard, je n’en n’ai trouvé aucune avec une vierge noire…

ob 60cfe0 bernhardclairvaux lactatio sourceunkno - Bernard de Clairvaux
Bernard de Clairvaux- Lactation de la vierge

Il me semble donc qu’il est fort probable que Bernard a concilié sciemment le reste de tradition druidique qui existait encore dans les campagnes Gauloise au XI et XII siècle, avec l’enseignement de la bible. Certains de nos jours le considère comme le dernier des druides. Pour ma part, je n’irai pas jusque là mais il est indéniable qu’il connaissait et s’inspirait de cette tradition.

De plus, Etienne Harding, (supérieur et instructeur de Bernard) Anglais et l’abbé de Citeaux connaissait les enseignements des moines kuldéens de Saint Colomban . Sachant que Saint Colomban etait un moine Irlandais formé au christianisme celtique. Donc, par déduction l’on peut émettre l’hypothèse qu’Etienne Harding avait divulgué certains enseignements à Bernard. La tradition druidique (du moins ce qu’il en restait à cette époque) aurait ainsi été diluée dans le christianisme.

Il n’en n’est pas moins que ce sont les moines cisterciens qui sonnèrent la fin du christianisme celtique au XII siècle. En reprenant au passage certaines légendes, mythes celtiques comme le mythe Arthurien …

En 1148 Bernard recueille à l’abbaye de Clairvaux les dernières paroles de Saint Malachie, moine Chrétien Irlandais … et auteur de la célèbre (et certainement fausse) prophétie des papes .



Bernard et le cantique des cantiques

Notre moine Cistercien écrivit entre 1135 et 1153, 86 sermons sur « le cantique des cantiques » ou chant de Salomon. Voir Ici

On attribue l’écriture du cantique des cantiques à Salomon, Roi d’Israël, mais il est probablement le résultat de poèmes compilés au IV siècle et originaires d Égypte, de Jordanie, et de Palestine. En fait, on ignore encore aujourd’hui l’auteur (e) et les années de sa rédaction.

Il fait partie intégrante de la bible, même si cela en a perturbé plus d’un à cause du caractère sensuel et érotique de certains passage du texte.

« Tes seins sont comme deux faons, jumeaux d’une gazelle »

ou bien

« Qu’il me baise des baisers de sa bouche ! Car tes baisers sont meilleurs que le vin ! »

Le cantique des cantiques est une suite de poèmes dont le thème est l’amour entre un homme et une femme ou entre le Christ et l’âme, ici tout est question de symbolique et d’interprétation. Plusieurs degrés de compréhension sont possibles du texte en fonction de la connaissance et de la conscience du lecteur . L’on peut le lire et le comprendre littéralement au niveau physique ( sensualité), au niveau rationnel ou au niveau spirituel.

Pour en savoir plus : Abbaye Notre Dame de Timadeuc



Sa mort et le devenir de Clairvaux

Il meurt le 20 Août 1153 à Clairvaux agé de 63 ans. De santé fragile, toute sa vie il aura souffert de maux d’estomac, de mauvaises digestions.

L’abbaye de Clairvaux fondera plus de 350 abbayes dans toute l’Europe.

A la révolution Française en 1789, elle deviendra bien national et c’est ainsi qu’en 1792 des industriels rachètent l’abbaye et y font entre autre une verrerie. Cela ne durera pas longtemps, puisqu’en 1808 l’Etat rachète l’édifice pour le transformer…. en prison !

Ce haut lieu spirituel devient un lieu de souffrance…

Prison de triste renommée car en 1847 l’on découvre que 700 détenus sont décédés en l’espace de 2.5 ans pour cause de malnutrition, de mauvais traitements, de sévices…

En 2002, une partie des bâtiments est ouvert à la visite, mais le site est toujours à l’heure actuelle une prison. Pour la visite guidée, une carte d’identité est d’ailleurs demandée et les photos sont interdites.

ob f6c64a 800px stained glass st bernard mnma cl - Bernard de Clairvaux
Bernard de Clairvaux, vitrail vers 1450 au musée de Cluny

Sources

Abbaye de Clairvaux

Vézelay et Saint Bernard, Jacques d’Arès

Bernard de Clairvaux , Marie-Madeleine Davy

Partager cet article :

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *